Education

PLAN D’ACCELERATION DE L’ALPHABETISATION- Une mobilisation des ressources pour la prise en compte des exclus du système

  • Date: 27 septembre 2016

Les acteurs de l’alphabétisation ont fait face à la presse, en marge d’un l’atelier de validation institutionnelle des résultats de recherche portant sur le financement de l’éducation non formelle pour la prise en compte des exclus du système formel d’éducation et de formation 

 Le secteur de l’éducation non formelle doit faire face à diverses difficultés : la mobilisation de ressources conséquentes pour le financement des activités du non formel, les pratiques du « faire-faire », la difficulté de suivi des activités non formelles et l’absence de données. Pour répondre à ces défis, le gouvernement du Sénégal a comme objectif « d’accélérer l’alphabétisation et intensifier l’éducation non-formelle. C’est ainsi  qu’au terme de trois années de recherche, Momar MBAYE, Doctorant PhD in Stratégique Project Mangement, est retenu à présenter hier une étude sur la mobilisation des ressources pour la prise en compte des exclus du système formel d’éducation et de formation : Cas du PAAS, Initiative « Big Push », Sénégal, 2015 – 2017. En effet, cette étude qualitative constitue une recherche, plaidoyer de mobilisation de ressources pour le financement de l’Education Non Formelle (ENF) au Sénégal. Et, selon Momar Mbaye, étudiant doctorant en management stratégique de projet, le Sénégal est un pays dont 40% du budget de fonctionnement de l’Etat est alloué à l’éducation et seulement moins  1% est consacré à l’ENF. Pour lui, c’est un paradoxe car plus de la moitié de la population est analphabète (54,6% en 2013 dont 62,3% de femmes).

Fort de ce constat et pour réduire le gap, il annonce que l’Etat a entrepris un ensemble de réformes et d’initiatives qui visent à éradiquer progressivement l’analphabétisme en vue de créer les conditions d’un développement endogène et durable. « L’initiative Big Push, ou Grande Poussée, en est une. C’est dans cette perspective que j’ai travaillé pendant 3 ans avec le CNRE et je dois présenter une partie de mes recherches qui est axée sur le programme d’accélération de l’alphabétisation au Sénégal. Globalement, c’est ce document que je dois présenter le 27 et 28 octobre 2016 au colloque  international doctoral de Nantes, devant 800 universitaires, faisant un plaidoyer pour le Sénégal», a-t-il fait savoir.

Pour M. Mbaye, ce document sera publié dans les grandes revues à grandes comités de lecture et revues scientifiques. Et c’est une revue scientifique qui peut convaincre un bailleur à venir mettre de l’argent sur l’éducation non formel au Sénégal. Le sous-secteur n’avait pas beaucoup de recherches au Sénégal, et il peut affirmer qu’il est le premier qui, vraiment, a fait une thèse sur le non formel, la mobilisation des ressources.

Toutefois, Momar Mbaye pense que pour mieux améliorer le secteur de l’alphabétisation, il faut le plaidoyer, impliquer le secteur privé, comme le cas par exemple de l’Allemagne. C’est son secteur privé qui finance l’éducation non formel car l’entreprise allemande dit: « si je t’alphabétise, je t’utilise demain. Donc on doit prendre ce modèle de contribution dans l’éducation au Sénégal. Il ne faut pas attendre l’Etat », a-t-il préconisé, avant de lasser un appel aux collectivités locales à réfléchir sur une stratégie pour former leurs propres cadres car, pour lui, si tout le monde éduquait, les parents, l’Etat,… le pays va se développer, même dans sa propre langue.

Khady Thiam COLY

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15