th (11)

Plan de riposte 2015- plus de 36 milliards F Cfa  pour juguler la crise alimentaire

 L’Etat du Sénégal a déjà mis en place son plan de riposte alimentaire 2015 de soutien aux personnes vulnérables, dont la réalisation va mobiliser une manne financière de 36 milliards de nos francs.

Les dispositions sont déjà prises pour apporter le  soutien en vivres aux populations vulnérables sinistrées. Pour ce faire, l’Etat a mis en œuvre son plan de riposte alimentaire 2015 qui va porter sur l’achat des vivres et la prise en charge des compléments nutritionnels, les actions en faveur de l’élevage, etc. Ainsi, 300.000 familles seront-elles assistées, soit 3 millions de personnes ciblées, a révélé Fallou Dieye, conseiller technique à la Primature, à l’ouverture d’un atelier de capitalisation des bonnes pratiques et perspectives de mise à l’échelle de la protection sociale. Sur les 36 milliards F Cfa prévus, «l’Etat a déjà mobilisé 18 milliards de  francs pour assister, pendant trois mois, plus 927 personnes choisies par ciblage par la communauté», a souligné M. Dieye. Côté malnutrition, «150.000 enfants malnutris de façon sévère et aigue et un million d’enfants âgés de moins de 5 ans et 10.000  femmes  allaitantes ou en état de grossesse vont faire l’objet de surveillance nutritionnelle durant toute la saison», a-t-il encore précisé. Quid d’un Programme d’achats locaux d’aliments visant 1000 petits riziculteurs en cours d’exécution ? Pour le bétail, 570.000 têtes seront pris en charge.

Vers un registre unique des ménages vulnérables.

Par ailleurs, Anta Sarr Diacko, Déléguée générale à la protection sociale et à la solidarité nationale (Dgpsn) a révélé que le gouvernement travaille à la mise en place d’un registre unique des ménages vulnérables pour mieux dérouler sa politique de protection sociale. «La mise en place du registre unique des ménages vulnérables doit être perçue comme le principal outil de coordination des projets de filets sociaux», a-t-elle expliqué. Au Sénégal, 100.000 personnes bénéficient des bourses de sécurité sociale fixées à 100.000 F Cfa par an, soit 25.000 F Cfa par trimestre. A l’en croire, il est impératif que l’assistance aux populations vulnérables puisse être soutenue par le développement d’activités productives et génératrices de revenus, pour renforcer leurs capacités de résilience. A son avis, rompre avec la pauvreté exige la mise en œuvre de conditions favorables à un développement durable, seul moyen de réduire la vulnérabilité des populations, notamment, face aux chocs résultant des changements climatiques et des nombreux autres aléas des temps modernes. Ces dernières années, a-t-elle rappelé, de nombreux programmes de filets sociaux visant à atténuer les risques et chocs liés à la pauvreté ont été élaborés, sous forme d’assistance alimentaire comme les cantines scolaires, le soutien ciblé aux personnes âgées et handicapées et les transferts monétaires.

M. BA

Voir aussi

telechargement-3

VOLS DE BETAIL Aminata Mbengue Ndiaye courroucée

Le ministre de l’Elevage et des Productions animales est monté au créneau pour dénoncer les …