Accueil / ECONOMIE / Plan Sénégal Emergent- la BAD honore son engagement à 120%

Plan Sénégal Emergent- la BAD honore son engagement à 120%

La Banque africaine de développement (BAD) a honoré son engagement pris lors du groupe consultatif de Paris en 2014 pour le financement du Plan Sénégal  Emergent, en dépassant l’objectif fixé  à 400 milliards de FCFA.

Le Directeur général du Bureau régional de développement et de prestation de services pour l’Afrique de l’Ouest de la Banque Africaine de Développement (BAD), Janvier LITSE, a indiqué que son institution a déjà  financé  474  milliards de francs.  C’est lors de la Signature d’une convention de financement sur le train  express régional (TER) pour un montant de 182 940 000 Euros, soit 120 milliards de FCFA. Pour lui,  en deux ans et demi, l’objectif sur les 400 milliards de FCFA pour la période 2014-2018, promis par la Bad lors du groupe consultatif de Paris en 2014 pour le financement du plan Sénégal émergent, a été dépassé. A cette occasion,  il a soutenu que  son  institution a mobilisé plus de 120%  de son engagement à Paris.  A l’en croire, la contribution de la BAD pour le projet du Train express régional (TER) est 120 milliards  de FCFA  dont  le  montant  global  est d’environ  568 milliards de francs CFA. Ainsi, dira-t-il, ce financement vient s’ajouter à la longue liste des opérations financées par la Bad au profit du Sénégal. Il est  cofinancé par la  Banque Islamique  de développement (BID),  l’Agence  française de développement (AFD), le Trésor français et le gouvernement du Sénégal. « Durant plus de quatre décennies, la banque a accompagné les efforts du Sénégal pour son développement  économique et son progrès  social. De  1972,  début  de ses opérations  au Sénégal,  à ce jour, la banque  a approuvé un total de 98 opérations  en faveur du Sénégal pour un montant  cumulé  de 1640 millions UC,  soit  environ  1310 milliards  de FCFA » , a souligné Janvier LITSE.

Quant à Mansour  Elimane  Kane, ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, il a continué à soutenir ce projet  tant apprécié par le chef de  l’Etat. A cet effet, il  laisse  entendre que le coût  de  renonciation  du Ter  serait énorme  car,  avec  l’émergence  et le développement des activités économiques, les externalités  négatives induites par l’absence  de transport de masse  dépasseraient  de loin les 100 milliards de perte par an estimés  pour  l’économie  du  pays. Et de poursuivre que le taux de rentabilité interne du projet TER est compris entre 12 et 16%, quel que soit le scénario d’exploitation  qui sera retenu. « Je peux affirmer avec force que le train  express  régional est un projet rentable pour l’exploitation et surtout pour l’économie nationale. Cette rentabilité a été reconnue par 3 bailleurs  de fonds de premier plan, à savoir la BAD, la BID et l’AFD, qui ont été  sollicités et qui ne nous auraient certainement pas accompagnés, le cas contraire.  Il est important  de dire  que  le TER  n’est pas  un  projet  isolé », a expliqué le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement. En réalité, précise  Mansour  Elimane  Kane, le TER s’intègre parfaitement avec le projet réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako. Avec le même  écartement  standard, le train express régional pourra demain rallier Thiès et même aller  jusqu’à Tambacounda.

Zachari BADJI

À voir aussi

Aéroports régionaux : L’ADS prône une gestion concertée

La Direction générale de l’Agence des aéroports du Sénégal (ADS) a entamé une réflexion pour …

Branchement des forages de la zone des Niayes: Les Producteurs agricoles de Diender disent «niet !»

La sortie du Ministre de l’Hydraulique, Mansour Faye, promettant la fin des pénuries d’eau pour …