Plan Sénégal émergent : L’Etat mise sur un observatoire de suivi du budget social performant

Avec l’avènement du Plan Sénégal émergent (Pse), les autorités veulent mieux suivre l’évolution des dépenses et investissements dans les secteurs sociaux. Ainsi, le gouvernement veut aller vers la mise en place d’un observatoire de suivi du budget social très performant.

Pour assurer un bon suivi du financement public des secteurs et de la performance des investissements, le gouvernement, dans le Pse, veut disposer d’un observatoire de suivi du budget social au profit des décideurs, parlementaires, de la société civile et des citoyens. A cet effet, le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan organise, depuis hier à Saly, un atelier de deux jours pour discuter avec les différents acteurs de la feuille de route et du dispositif pour mettre en place un mécanisme pérenne et un régime multi-partenarial dans le suivi de la performance du budget social.
Cette rencontre revêt une importance capitale, dans la mesure où elle va permettre la validation du premier rapport sur l’analyse des dépenses publiques dans les secteurs sociaux, mais également de lancer le projet de création d’un observatoire de suivi du budget social du Pse, déclare Mayacine Camara, coordonnateur de la Direction générale de la planification et des politiques économiques (Dgppe). Ce rapport soumis aux différents acteurs, fait explicitement la revue des dépenses publiques dans les secteurs sociaux entre 2006 et 2013. « Les analyses qui y sont faites sont essentiellement axées sur le volume des flux financiers publics et leur distribution dans les différents secteurs sociaux. Cette visibilité de ces flux pourra permettre une évaluation critique des dépenses publiques sociales du Pse », a ajouté M. Camara. Ce rapport, à l’en croire, va justifier et guider la réflexion sur l’observatoire de suivi du budget social.
Cette infrastructure devrait faciliter la compréhension des données budgétaires pour les secteurs sociaux, la répartition des crédits budgétaires et de la performance effective par rapport aux allocations, permettre le suivi de l’évolution du budget social pendant la période d’exécution du Pse et mieux comprendre les priorités du gouvernement en dépenses publiques pour les secteurs sociaux ». Cet observatoire, selon M. Camara, sera régi par la transparence, la participation et la subsidiarité.

L’enfance au rang des priorités
Le Sénégal a placé la réalisation des droits à la survie, au bien-être et au développement de l’enfant au rang des priorités, a déclaré Mayacine Camara, coordonnateur de la Direction générale de la planification et des politiques économiques (Dgppe). C’est pourquoi, a-t-il, indiqué, le gouvernement, signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant, est en train de préparer, pour novembre 2015, un symposium sur le thème « l’enfant au Sénégal dans le Pse » pour célébrer le 25e anniversaire de la signature de cette convention. « L’épanouissement de tous les enfants demeure un défi pour l’État et tous les acteurs concernés par la question de l’enfance », a dit M. Camara.
Il a réitéré la volonté du gouvernement de combattre vigoureusement les disparités et les iniquités et d’œuvrer pour l’extension de la protection sociale, mais aussi la décentralisation des services sociaux de base.
Pour sa part, Mme Laylee Moshiri, représentante de l’Unicef, a noté que cette organisation onusienne s’intéresse à l’analyse du budget social, car étant en adéquation avec les besoins et la demande sociale. « Nous sommes heureux de constater, suite au premier exercice d’analyse du budget social sur la période de 2006 à 2013, que l’État du Sénégal a consacré un tiers de son budget public aux…

Le Soleil

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15