SANTE

Plan sésame – Prise en charge des pathologies à soins coûteux : Des retraités réclament l’élargissement de la carte

  • Date: 25 mars 2016

Le Sénégal célèbre les personnes âgées. Cette couche vulnérable de la population est confrontée aux défis de la vieillesse, de la prise en charge sanitaire et de la pauvreté. Malgré une série d’actions en leur faveur, notamment le plan Sésame, les personnes du 3ème âge nagent toujours dans des difficultés. Elles demandent à l’Etat d’intégrer dans le plan Sésame les pathologies fréquentes et à soins coûteux.

Le nombre de personnes âgées est évalué au Sénégal à 745 mille 752 en 2013. Il a presque doublé en deux décennies et selon les prévisions, il devrait connaître une forte augmentation avec un taux d’accroissement annuel de 3,1%. Ce fort taux d’accroissement qui se traduit par une assez longue espérance de vie est, selon des spécialistes, possible grâce aux progrès de la médecine. Cependant, s’il faut s’en réjouir, il faut aussi noter qu’en amont ce fort taux de personnes âgées induit des défis énormes liés à leur prise en charge. «Vous savez, la vieillesse est synonyme de maladie et de pauvreté dans ce pays», réagit le vieux Moctar Fofana Niang. Expliquant son quotidien, ce retraité indique que la plupart de ses collègues se retrouvent au crépuscule de leur vie avec une santé précaire et peu de ressources pour faire face.

Pourtant, le gouvernement, pour soulager les personnes âgées, a relancé le plan Sésame dans le cadre de la Couverture maladie universelle en doublant le budget qui est passé de 850 millions de francs Cfa à 1,7 milliard de francs Cfa. «Des soins de qualité à un coût soutenable pour cette catégorie de personnes», précise Dr Farba Lamine Sall, directeur de Cabinet du ministre de la Santé et de l’action sociale.

Pour autant, les problèmes de prise en charge demeurent. Moctar Fofana Niang souligne des manquements. A l’en croire, le plan Sésame ne couvre pas certaines pathologies essentielles, notamment des maladies très fréquentes chez la personne âgée, liées aux nerfs. Il cite les scanners qui ne sont pas couverts par le plan Sésame «et qui coûtent jusqu’à 80 mille francs», révèle le retraité. Il y a aussi le traitement du diabète. «Je suis diabétique. Je prends des molécules à vie. Chaque mois, je dépense 6 mille francs sans compter les autres dépenses. Il y a aussi les lunettes entre autres frais qui n’entrent pas dans la ligne de mire du plan Sésame», regrette le septuagénaire.

Le budget est passé de 850 millions à 1,7milliard F Cfa 

A ces difficultés, il faut y ajouter un problème d’organisation des soins. «Les plateaux techniques dans les hôpitaux de Dakar sont très différents de ceux des régions», constate le retraité. Dr Farba Lamine Sall, venu représenter le ministre de la Santé à cette journée marquant la célébration des personnes âgées, en est conscient. «Il nous faut décentraliser notre offre de santé. La gériatrie ne peut pas être concentrée à Dakar», soutient-il. Il a, à cet effet, annoncé un plan d’investissement qui va s’étaler sur les cinq prochaines années. Il ambitionne de résoudre les gaps identifiés dans les régions de l’intérieur du pays.

En dehors des questions de prise en charge sanitaire, le gouvernement compte consolider le lien social, notamment en direction des plus fragiles, pour instaurer le «vivre ensemble» entre les âgés. Le Programme d’appui à la promotion des aînés (Papa) a été mis en place par le gouvernement. Il est passé de 108 millions en 2013 à 175 millions en 2016. Celui-ci vise l’implication des aînés dans les actions de formation, d’encadrement, de réflexion, de partage d’informations en vue de favoriser leur autopromotion. A ce jour, il a réalisé 808 projets individuels et collectifs, selon la direction générale de l’Action sociale.

Les retraités, qui jugent le Papa satisfaisant, demandent également son élargissement. «Vous entendez souvent des élèves réclamer des professeurs de mathématiques ou de physique etc. alors que des retraités encore actifs dans ce domaine restent chez eux à ne rien faire. Dans ces cas là, nous pouvons aider ponctuellement si le gouvernement nous tend la main», déclare M. Niang.

En tout état de cause, la Journée nationale des personnes âgées va être mise à profit. Elle servira de cadre de réflexion pour les retraités et les autorités afin de débattre sur toutes les questions qui agitent la situation de cette catégorie de sociale.

Le quotidien

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15