Accueil / ECONOMIE / PLANIFICATION DE LA RELÈVE Une lacune dans les entreprises sénégalaises

PLANIFICATION DE LA RELÈVE Une lacune dans les entreprises sénégalaises

 Le Conseil national du patronat (CNP), en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer a organisé, hier, une journée  de sensibilisation  à l’intention des femmes chefs d’entreprises sur  la transmission du patrimoine. C’était sous la présidence effective  de Mariama Sarr, ministre de la Femme.

Faute de relève d’entreprise, un grand nombre de nos Pme/Pmi sont exposées à un risque élevé de fermeture. Et pour cause, la transmission du pouvoir. En effet, les transferts d’entreprise peuvent s’expliquer par une combinaison de facteurs, incluant l’absence d’un plan formel de relève, la réticence du fondateur, une planification trop tardive et le manque de communication claire. Tous ces facteurs peuvent se traduire par des occasions ratées pour le propriétaire d’entreprise. La plupart des cédants sont mal outillés pour préparer le transfert  de leur entreprise, que ce soit pour effectuer la transmission du flambeau à un successeur désigné, comme un membre de la famille ou un collaborateur de longue date. En effet, selon le vice-président du CNP Christian Bass, la difficulté se situe le plus souvent dans l’asymétrie entre le dirigeant qui cède son entreprise et son successeur.  Ce manque de préparation apparaît, à ses yeux, comme une cause importante compliquant  les difficultés de pérenniser les entreprises dont les propriétaires se retirent. Trop souvent, constate-t-il pour le déplorer,  le processus s’arrête à la transmission des titres et le dirigeant croit que la transmission est ainsi finalisée. Alors qu’à son avis, une bonne communication et un mécanisme transparent contribueront à réussir la transmission et à se prémunir d’éventuels conflits futurs au détriment de l’entreprise. Le ministre Mariama Sarr, quant à elle, a exhorté les femmes chefs d’entreprise à affronter le défi de la relève entrepreneuriale. Elle leur dira que le transfert est un processus qui s’échelonne sur plusieurs années, et que l’entrepreneur doit prendre le temps de transmettre ses connaissances et son savoir-faire tout en déléguant graduellement les responsabilités à son successeur.

Mouhamadou BA

Share This:

À voir aussi

Gestion durable des terres- un projet de plus de 750 millions FCfa pour 7 régions

Le Sénégal a lancé hier le Projet de « Promotion de pratiques de gestion durable des …

Eau et assainissement en milieu urbain… la BM octroie près de 52 milliards de FCF au Sénégal

Le Sénégal et la Banque mondiale ont signé hier à Dakar, deux accords destinés au …