SANTE

Planification familiale : Louga est encore loin de la moyenne nationale

  • Date: 1 septembre 2015

La région de Louga n’a pas enregistré d’avancées significatives en termes de contraception. Son taux est de 12 % alors que la moyenne nationale est de 20 %. Les agents de santé comptent sur les guides religieux pour améliorer les indicateurs.

La région de Louga est encore à la traine dans le domaine la planification familiale. Son taux est 12 % alors que la moyenne nationale est de 20 %. Rappelons que le département de la Santé s’est fixé un taux de 27 % de prévalence contraceptive avant la fin de l’année.

Cependant, le médecin de la région médicale, Dr Mame Demba Sy, reste confiant. Selon ce praticien, la région de Louga a connu une progression comparée aux deux dernières années.

En effet,  le taux de prévalence tournait autour de 7 %. La disponibilité des services de la planification familiale dans les différentes structures a permis à la région de faire un bond en avant. « De manière globale, nous avons une progression encourageante en matière de planification familiale,  notamment en termes de résultats.
Nous devons encore pousser  parce que nous disposons d’un bon potentiel qui permettra d’atteindre notre objectif qui est d’un taux de prévalence contraceptive de 15 % d’ici la fin de l’année.

C’est possible », a soutenu le médecin colonel qui compte sur l’implication des leaders religieux pour atteindre cet objectif. Pour lui, il faut faire en sorte que ces derniers militent pour la planification familiale. Dans cette localité, des praticiens constatent, de plus en plus, que des mouvements sont favorables pour accroître le taux d’utilisation de la contraception.

Ces ambitions de cette région d’immigration peuvent être contrariées par le retour des époux de l’étranger qui pousse les femmes à renoncer à la contraception à tout moment.
Selon le médecin-chef de région, sur 500 femmes recrutées, on peut se retrouver avec 50 % d’abandon, reconnaissant ainsi que la fidélisation des clientes reste un grand défi.

DR MAME DEMBA SY, MEDECIN-CHEF DE LA REGION DE LOUGA : « L’école est le meilleur cadre pour parler de la santé sexuelle »

Le médecin-chef de la région médicale de Louga, le colonel Mame Demba Sy, a soutenu que l’école est l’espace approprié pour échanger avec les jeunes sur leur sexualité. « C’est vraiment le cadre idéal pour transmettre les bonnes informations et éduquer les enfants », a-t-il défendu. Il estime que les clubs Evf ont déjà accompli un travail appréciable en sensibilisant leurs camarades sur les infections sexuellement transmissibles, le Vih/Sida et les maladies comme le paludisme. Le médecin colonel a aussi plaidé pour le renforcement des Centres conseils pour adolescents. Ce sont des espaces où cette couche aborde les questions de sexualité avec moins de contraintes socioculturelles. Dr Mame Demba Sy a constaté que l’Asbef et les Centres conseils pour adolescents sont des structures qui aident les jeunes à connaître « leurs corps mais aussi à avoir accès aux soins de santé, notamment de la reproduction ». Dans des structures comme l’Asbef, les jeunes bénéficient des consultations générales tous les mercredis soir et samedis matin.  Ces jeunes âgés de 10 à 24 ans sont consultés par une sage-femme.

Le Soleil

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15