Accueil / SOCIETE / Plantes médicinales : Des chercheurs alertent sur la disparition de certaines espèces

Plantes médicinales : Des chercheurs alertent sur la disparition de certaines espèces

La première conférence internationale conjointe sur le potentiel de l’ethnopharmacologie et de la médecine traditionnelle, s’est tenue à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Durant quatre jours, les chercheurs se sont penchés sur les opportunités de nos plantes pour la production de médicaments. Ces chercheurs comptent lutter contre la disparition de certaine plantes très efficaces pour faire face à certaines pathologies.

 Les plantes médicinales doivent être minutieusement conservées pour éradiquer certaines maladies, c’est l’avis des chercheurs qui ont pris part à la première conférence internationale conjointe sur le potentiel de l’ethnopharmacologie et de la médecine traditionnelle, qui s’est tenue à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Selon professeur Emmanuel Bassène de  la faculté de médecine et odontologie de l’Ucad, nos plantes doivent être incorporées dans l’alimentation courante pour permettre de pallier la carence due à une consommation des produits industriels trop cuits ou conservés pendant longtemps. « Nous sommes de plus en plus urbanisés,  beaucoup de personnes n’ont pas accès aux plantes traditionnelles. Il faut le leur apporter dans leur alimentation comme les vitamines. Les plantes peuvent servir dans nos produits consommés couramment sans aller les chercher dans la brousse », dit-il. M. Bassène indique que les chercheurs sénégalais sont à la recherche de partenaires pour les appuyer. « Nous disposons de potentiel dans notre pays au moment où  l’alimentation industrielle pose problème. Nous avons beaucoup de produits très recherchés qui soignent certaines maladies. Mais, il ya le problème de brevets, certains en disent et ne produisent pas. Il faut mettre l’accent sur la production, on ne doit pas empêcher de produire d’où l’urgence de libéraliser l’accès aux brevets », martèle-t-il.

Pour l’enseignante-chercheur Khady Sy Diatta, les populations doivent être sensibilisées sur l’utilisation des plantes médicinales.  « Elles utilisent plus les racines, ce qui entraine une disparition de certaines plantes. Pour y faire face, nous essayons des effets de germination pour la conservation. Beaucoup de plantes sont utilisées pour soigner les maladies », dit-elle. Raison pour laquelle ces chercheurs procèdent à des échanges de graines pour éviter la disparition de plantes. A leur avis, certaines espèces sont sur la liste rouge en voie de disparition.

Ngoya NDIAYE

À voir aussi

Louga : La mafia des bœufs démantelée

Depuis un semestre, des disparitions d’encornés dérobés au Djoloff, zone traditionnelle d’élevage, sont signalées. De …

Accident: Plus d’un million de personnes tuées

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a présenté son rapport 2018 sur les accidents de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *