Accueil / SOCIETE / Plus de Kankurang à Ziguinchor pendant un an, à partir de juillet

Plus de Kankurang à Ziguinchor pendant un an, à partir de juillet

Des responsables de la collectivité mandingue ont annoncé mercredi une mesure consistant à suspendre pendant un an, à partir de juillet prochain, le Kankurang, le masque et le rituel célébrant la circoncision chez cette communauté.

Selon eux, le but de cette suspension est de mettre fin à « la banalisation » et à « la profanation » de ce patrimoine.

Les mesures ont été prises lors d’une réunion présidée par le préfet de Ziguinchor, Saïd Dia.

« Stop à la banalisation et à la profanation du Kankurang, patrimoine oral et immatériel mandingue » était le thème de la rencontre, qui a eu lieu en présence d’autres personnalités, dont Seydou Sané, un adjoint du maire de Ziguinchor, des délégués de quartier et des représentants des communautés baïnouck et balante.

A la fin de la réunion, les notables de la communauté mandingue, et celles des baïnoucks et des balantes, qui partent avec la pratique du Kankurang, ont participé à une marche, de l’ancien siège de la mairie à la préfecture, où ils ont remis un mémorandum au préfet du département de Ziguinchor.

« L’autorité administrative responsable de la sécurité des personnes et des biens, en concertation avec la collectivité mandingue, doit pouvoir prendre des mesures conservatoires et temporaires pour accompagner la communauté propriétaire dudit patrimoine dans sa lutte contre la dégradation de ce mythe », affirme la collectivité mandingue dans le mémorandum.

Elle estime que « 12 mois de suspension temporaire du Kankurang, à compter de juillet 2015, seront nécessaires ».

Selon la communauté mandingue, la création d’ »un comité de normalisation du Kankurang », placé sous la tutelle du préfet du département de Ziguinchor, est « indispensable » pour protéger ce patrimoine.

Elle préconise par ailleurs « l’organisation annuelle du Kuyanbaa (un rite initiatique) sous un format adapté au contexte urbain », ce qui « constituerait une alternative à la prolifération de pseudo-initiations ».

« Retenir le Kuyanbaa comme circonstance exclusive d’apparition du Kankurang, dans la commune de Ziguinchor, mettrait un terme aux sorties incontrôlées du Kankurang et à ses dégâts collatéraux », affirment les mandingues.

Les responsables de cette communauté ont prévu de dérouler une campagne d’information des populations locales sur les mesures prises en vue de la sauvegarde de patrimoine culturel.

Ceux qui braveront la mesure de suspension du Kankurang seront « personnellement et solidairement responsables et doivent être pénalisés ou verbalisés », ont-il averti.

« Le Kankurang, masque d’initiation mandingue, dont le rituel est classé patrimoine oral et immatériel mondial par l’Unesco depuis le 26 novembre 2005 (…) est en même temps le génie protecteur de la collectivité », poursuivent les membres de cette communauté.

Selon le mémorandum, l’Unesco considère le Kankurang comme « une expression culturelle originale ».

« Aujourd’hui, le Kankurang est au stade de la banalisation et de la profanation. Les activités qui se mènent autour [de patrimoine] constituent une menace à la tranquillité des citoyens et une bravade à l’ordre public », soutiennent les membres de la communauté mandingue.

De même rappellent-ils la mort d’une fillette, en 2014, à Ziguinchor, à la suite de violences survenues lors d’une manifestation en liaison avec le Kankurang.

Le préfet du département de Ziguinchor avait pris une décision portant suspension des activités liées à cette coutume.

APS

Share This:

À voir aussi

MATAM : Pape Ndong promet des actions immédiates contre les inondations

Le ministre délégué en charge de la Structuration et de la Requalification des banlieues, en visite …