Accueil / ECONOMIE / Pme: Les banques invitées à soutenir le secteur

Pme: Les banques invitées à soutenir le secteur

L’association internationale « Financement participatif Afrique & Méditerranée-FAM » a tenu la seconde édition du Forum du crowdfunding en Afrique. Ce Forum a pour thème placé : “Les innovations financières au service du développement”. Il s’agit pour les organisateurs de développer ce nouveau concept né en Europe et qui donne une opportunité pour le développement social et culturel, un catalyseur d’innovation et de créativité pour une solution de financement des startups et des petites et moyennes entreprises. Ils ont invité les grandes banques à financer ces secteurs porteurs.

Dans le contexte actuel des pays d’Afrique, on ne peut pas ignorer des leviers de développement comme celui du crowdfunding. En effet, ce nouveau mode de financement a montré, dans les pays où il se développe, qu’il est une opportunité majeure pour le développement social et culturel, un vrai catalyseur d’innovation et de créativité et une vraie solution de financement des startups et des petites et moyennes entreprises. C’est le constat fait par l’association internationale Financement Participatif Afrique & Méditerranée-FAM, en réunion de partage hier à Dakar. Selon le co-président Thameur Herdare, il urge de discuter sur les enjeux économiques, sociaux et humains de cette “révolution financière” en cours avec les porteurs de projets, des plateformes de crowdfunding, des experts, des professionnels des écosystèmes (banquiers, accompagnateurs du développement territorial et de l’entreprise, etc.) et des représentants des autorités publiques. « Cette rencontre permet aux usages de nouveaux outils financiers par les diverses parties prenantes (institutions financières, financiers classiques, diasporas, dispositifs d’appui à l’entrepreneuriat et au développement durable », dit-il. Selon ce dernier, Il s’agit d’impliquer les acteurs par l’adaptation de la réglementation, modification des relations et des comportements financiers, transformation des modèles de développement entre autres  de cette révolution aux diverses échelles (territoires, Etats et continent).

« L’objectif est de s’inscrire dans un cycle favorisant dans chacun des pays la création d’un réseau durable des acteurs concernés par le sujet et en proposant un cadre international de coopération et d’échange de bonnes pratiques », fait-il savoir. A l’en croire, le manque de financement est la première barrière au développement des petites et moyennes entreprises. « En Afrique, les PME  représentent 44 milliards de dollar avec un PIB de 33% et englobe 44% des emplois. Mais 70% des PME manquent de financement à long terme », regrette M. Thameur Herdare. Et de renchérir : « 80% n’ont pas accès au crédit bancaire et leurs besoins sont estimés à 331 milliards de dollars en financement. Ces acteurs préconisent de mettre en place des fonds de garantie. « Au Sénégal, il ya très peu de concurrence avec les banques qui sont au nombre de 27 car les PME ne les intéressent pas. Elles préfèrent travailler avec les grandes entreprises», se désole-t-il. Il est d’avis qu’il est nécessaire que les banques se tournent vers ces PME pour le développement de l’économie. Car dit-il, « cette attitude ne va pas révolutionner le secteur».

Il ajoute qu’aujourd’hui,  le crowdfunding ne peut pas se développer dans de bonnes conditions car il manque un cadre juridique réglementaire. C’est le moment de travailler ensemble et de tirer profit de cela pour que le continent ne soit pas un suiveur mais un socle.

Ngoya NDIAYE

 

À voir aussi

Le Fongip face à un gap de plus de 275 milliards

Le Fonds de garantie des investissements prioritaires a tenu un séminaire sur la mutation institutionnelle …

Institutions de dépôt : La masse monétaire a baissé de 93 milliards

A fin septembre 2018, la situation estimée des institutions de dépôt, comparée à celle de …