Accueil / Education / Polémique sur l’effectif des salles de classe au college Hann Bel-air-L’IEF de Grand-Dakar se lave à grand eau

Polémique sur l’effectif des salles de classe au college Hann Bel-air-L’IEF de Grand-Dakar se lave à grand eau

Une vidéo sur la visite des Présidents Macky SALL et Emmanuel Macron au Collège de Hann Bel-Air, diffusée à travers les réseaux sociaux, fait état d’une volonté prêtée à la partie sénégalaise de camoufler la situation réelle des effectifs pléthoriques par salle de classe. Mais selon l’Inspection de l’Education et de la Formation (IEF) de Grand-Dakar, « l’interprétation qui est faite de cette vidéo est complètement fausse et dénuée de fondement ». En effet, l’inspecteur en chef Grand-Dakar, Abdoulaye Wade, précise que pour des raisons protocolaires et sécuritaires, une visite de chef d’Etat est toujours préparée et planifiée. C’est ainsi que, dit-il,  des mesures de réaménagement des salles de classe que devaient visiter les deux chefs d’Etat ont été prescrites, d’un commun accord, lors d’une visite conjointe effectuée au collège par les services compétents du Sénégal et de la France, en vue de permettre aux deux Présidents et à leur délégation, mais aussi à la presse internationale et nationale, de pouvoir entrer dans la salle de classe. C’est pourquoi, justifie-t-il, l’équipe pédagogique du collège et les autorités académiques de l’Inspection avaient réduit le nombre de tables bancs à 14, et l’effectif des élèves à 28, dans les deux classes à visiter par les deux Présidents, a-t-il souligné. D’où, soutient-il, la réponse pertinente et juste de l’élève à la question du Président Macron : « nous sommes 28 élèves depuis trois jours ». En procédant ainsi, l’équipe pédagogique du collège de Hann Bel-Air s’est donc conformée aux prescriptions des services compétents sénégalais et français, se dédouane l’inspecteur. A son avis, « il est donc normal et compréhensible que le collège de Hann Bel-Air, qui a vu sa réhabilitation-extension le faire passer de 10 à 30 salles de classe, voie son ratio moyen d’élèves par classe baisser de manière significative ». Dans ces conditions, poursuit-il, il est donc totalement infondé de soutenir que la partie sénégalaise a cherché à camoufler des effectifs pléthoriques à la partie française pour dissimuler des faiblesses de son système éducatif.

M.BA

À voir aussi

Marché nationale : Des syndicats d’enseignants exigent la matérialisation de tous les accords

Le Soleil- Les syndicats dits représentatifs de l’enseignement appelés G7 ont tenu, hier, une marche. …

Dette de l’état au privé de l’enseignement supérieur : Des chefs d’établissement demandent des solutions immédiates

Le Soleil- Se prononçant sur les difficultés des Etablissements privés d’enseignement supérieur (Epes), l’administrateur de …