POLEMIQUES, REVOCATIONS DE FONCTIONNAIRES, BATAILLES JUDICIAIRES… La malédiction du pétrole frappe déjà le Sénégal

L’or noir ou pétrole est une denrée rare convoitée par tous, parce que source de devises et donc d’énormes potentialités d’investissement pour un pays.

Malheureusement, là où le pétrole est découvert, des conflits de toutes sortes surgissent, généralement liés à l’opportunité du contrôle de son exploitation. C’est pourquoi, d’après de nombreux observateurs, les pays de pétrole sont des pays de conflits, très instables du reste. C’est ce que certains appellent la malédiction du pétrole. Eh bien, le Sénégal n’est pas malheureusement épargné. La découverte d’importants gisements de gaz et de pétrole a occasionné des polémiques très fortes autour de l’implication du frère du Président de la République, le limogeage de fonctionnaires et des plaintes annoncées de part et d’autres pour avoir gain de cause. L’inspecteur des Impôts Ousmane Sakho et la Directrice de l’Ofnac auraient perdu leurs postes parce qu’ils pensaient devoir mettre le nez sur cette affaire. Le Premier ministre même est sorti de sa réserve pour se prononcer sur cette affaire et menacer de poursuites judiciaires ceux qui diffuseraient de fausses nouvelles.

Depuis des semaines, les Sénégalais sont tenus en haleine par cette affaire. Pis, après la plainte annoncée par les leaders de l’opposition contre Frank Timis et ceux dont les noms sont annoncés dans la gestation des sociétés incriminées comme Pétro-Tim et Timis Corporation, Frank Timis a aussi menacé de saisir la Justice contre ces mêmes leaders. Dans un humour sarcastique, il annonce qu’il va porter plainte contre eux à Londres et les pousser à recruter des avocats pour aller répondre chaque jour à des convocations. Comme quoi, la bataille autour du pétrole a bel et bien commencé. Et personne n’est en mesure, aujourd’hui, d’en deviner les conséquences. Car, en plus de la plainte annoncée, les leaders de Wattu Senegaal ont l’intention d’intensifier leur communication et les actions sur le terrain avec la marche qui va débuter ce 14 octobre. Et du côté de Timis, le choix de Me El Hadji Diouf répond incontestablement à un souci de se livrer à un feuilleton de Justice-spectacle avec son cortège de conférences et de communiquées de presse. Le Sénégal sera davantage tenu en haleine et il n’est pas sûr que la lumière éclate dans une nébuleuse où l’on nous dit que Pétrosen qui représente les intérêts du Sénégal, n’aura que 10%.

Assane SAMB

Voir aussi

CRISE EN GAMBIE- Les députés prorogent la transition en Gambie…

  L’Assemblée nationale gambienne  a voté, hier,la loi prolongeant la transition et le maintien du …