Sans titre

POLIOMYELITE- Dakar est sous vacciné Dakar n’a jamais atteint un taux de couverture vaccinale contre la poliomyélite de 90%.

Le ministère de la santé s’inquiète du trop faible taux de couverture vaccinale contre la poliomyélite dans la région de  Dakar. Selon le coordonnateur du Programme Elargi de vaccination (PEV) Ousseynou Badiane, durant les précédentes campagnes nationales de vaccination contre la polio,  aucun des districts de Dakar n’a jamais atteint un taux de couverture de 90 à 95%, qui est l’‘objectif assigné. Dans les 10 districts que compte la capitale, il y a beaucoup de zones non couvertes, a déploré le docteur Badiane.   En termes plus clairs, les districts sanitaires de Dakar présentent des zones mal couvertes avec plusieurs enfants non vaccinés. Parmi les raisons avancées justifiant la non-vaccination des enfants, il y a l’absence des équipes de vaccinateurs dans les maisons et l’absence des enfants lors du passage de ces équipes. Ce n’est pas tout. Selon le docteur Badiane, les difficultés que rencontre Dakar sont également liées aux flux,  à l’hétérogénéité  de sa population et la grande mobilité des parents. Pour y remédier, une vaste campagne nationale de vaccination contre la population sera lancée du 22 au 24 avril, ciblant plus de 646 mille enfants âgés de 0 à 5 ans. Les stratégies arrêtées vont du système porte-à-porte, l’installation des points fixes de vaccination dans les quartiers, villages, écoles (préscolaire) et autres lieux de rassemblement.

10 cas seulement dans le monde

La polio est en phase d’être éradiquée dans le monde. Sa souche sauvage n’a touché que 10 personnes depuis 2016 dans le monde. En 27 ans de lutte, la maladie a reculé de 99%.  En Afrique, le dernier succès dans la bataille contre la polio date de septembre 2015, année durant laquelle le  Nigéria a célébré son zéro cas d’infection par le virus sauvage. Il est retiré de la liste des pays endémiques alors qu’en 2011, la moitié des cas mondiaux y étaient dénombrés. Mais pour Ousseynou Badiane,  il reste beaucoup à faire pour traduire ces progrès délicats en gains concrets. Ainsi, dit-il, vacciner chaque enfant, améliorer la surveillance, renforcer les systèmes d’immunisation de routine et maintenir l’engagement des gouvernements et des communautés sont les clés pour que la polio ne revienne pas en Afrique.

M BA

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …