téléchargement (3)

POLITIQUE  -ALLIANCES ET MESALLIANCES DANS L’OPPOSITION 

L’opposition risque de se faire électrocuter par ses courants qui créent parfois beaucoup de déconvenue. Le jeu de Yo-yo des deux pôles de l’opposition sur les travaux de la révision du code électoral montre l’ampleur de la tâche à accomplir pour des opposants unis.

Difficile de lire la trajectoire des rapports politiques entre partis de l’opposition .Alors qu’on s’attendait à un bloc uni qui ferait face à une coalition du pouvoir qui déroule, c’est plutôt un dérèglement des repères, avec des alliances qui se concoctent et se défont au gré des circonstances.

D’abord le Front Patriotique pour la défense de la République qui a servi de cadre unitaire à l’opposition avant la sortie du gouvernement et de Réwmi en septembre  2013. Il eut  pour effet,  de disputer le monopole de l’opposition à Mamadou Diop de Croix, Oumar Sarr et consorts

.Si ces deux tendances sont les plus « significatives » dans l’opposition, l’irruption de nouveaux partis de moindre envergure, portés par d’anciens barons du pouvoir sortant ou de déçus de la coalition gouvernementale Benno Bokk Yakaar ( Bby), est un paramètre qui va changer la donne.

En moins de deux ans, de novembre 2014 à mai 2016, 5 ministres, dont 2 anciens chefs de gouvernement, ont crée leurs propres partis. Le mouvement patriote pour le développement Mpd/Ligguey de Alioune Sow ( novembre 2014) ,Souleymane Ndéné Ndiaye avec l’Union nationale pour le peuple (Unp) Bj) en  mai 2015, le Grand Parti de Malick Gakou ( Août 2015), les Démocrates Réformateurs ( Ldr) de Modou Diagne Fada et l’Alliance pour la Citoyenneté et le travail ( Act) de Abdoul Mbaye, ,tous deux nés en  mai 2016, deviennent les nouveaux trouble fête au sein de l’opposition, en tentant de  de s’imposer dans le landerneau politique .

Le référendum du 20 mars dernier, mais surtout l’appel au dialogue national du 28 mai passé, montrent à comment  les ligues fonctionnent au sein de l’opposition.La consultation populaire sur les 15 points de la réforme constitutionnelle a permis une convergence passagère.

.Deux mois plus tard, la reprise, en ordre dispersé à l’appel au dialogue, démontre que l’opposition a encore du chemin à faire pour parler d’une seule voix.

SIDY THIAM

Voir aussi

amadouba_ecofinance

BOCAR NDIONGUE TANCE LES DETRACTEURS D’AMADOU BA ‘’Lui au moins ne traine aucune casserole’’

Le ministre Amadou Ba, à qui le président de l’APR aurait confié la direction du …

One comment

  1. Tout sauf Decroix. il n’a plus rien personne derrière lui. Il ne lui reste que la télévision. S »il est conséquent avec lui, il doit organiser un congrés sans Wade et se reposer tranquillement à keur Yaba.