24 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » Polygamie et femmes battues Les imams suédois tergiversent
Polygamie et femmes battues  Les imams suédois tergiversent

Polygamie et femmes battues Les imams suédois tergiversent

On savait que certaines questions liées à l’Islam font parfois peur. Et à chaque fois que se présentent des cas difficiles, les ulémas et autres savants, de peur d’être indexés, par une partie de la société, noient le poisson comme ils peuvent. Un homme, a-t-il le droit de battre sa femme ? Peut-il en avoir plusieurs ? Une femme, peut-elle refuser de faire l’amour avec son mari ? Ces questions, des journalistes suédois les ont posées à une dizaine d’imams et de représentants musulmans, par l’intermédiaire de femmes voilées équipées de caméras cachées. Les réponses obtenues sont loin du discours officiel et ont provoqué un débat en Suède. A notre tour, nous vous les proposons.

C’est un reportage diffusé le 16 mai dernier qui a fait l’effet d’une bombe en Suède : sur dix imams interrogés, six considèrent qu’un musulman peut avoir une relation sexuelle avec sa femme, même sans le consentement de celle-ci. Un seul a fermement conseillé d’alerter la police, en cas de violences conjugales. Les autres considèrent que le problème peut être réglé en famille. Enfin, neuf jugent la polygamie acceptable.

« Quatre femmes pour un musulman, c’est acceptable, oui »

L’imam de la mosquée de Stockholm a même donné des explications d’une précision étonnante : « Chaque musulman peut avoir quatre femmes. À condition, bien sûr, de pouvoir subvenir à leurs besoins, et de leur donner de l’amour aussi. Alors, dans ce cas, quatre femmes, c’est acceptable, oui ».

Autre intervention déconcertante, que l’on doit à l’imam de la mosquée de Göteborg : « Il n’y a que deux cas, dans lesquels, la femme peut refuser une relation sexuelle à son mari: quand elle est malade et quand elle a ses règles. Dans les autres cas, elle doit accepter ».

Ainsi, est apparu, au grand jour, le double langage employé par certains représentants musulmans. Car, face caméra, ils disent tous respecter les lois suédoises, qui interdisent la polygamie et les violences conjugales, et s’engagent à en promouvoir les valeurs, en particulier, celles ayant trait à l’égalité des sexes. C’est, d’ailleurs, ce qui vaut aux institutions islamiques suédoises de recevoir des subventions de l’Etat ou des collectivités locales, comme pratiquement toutes les communautés religieuses du pays (à l’exception des témoins de Jehova qui incitent leurs fidèles à ne pas aller voter).

Les imams suspendus pour « faute professionnelle »

Ce double discours met donc les institutions musulmanes de Suède en porte-à-faux avec la loi du pays. Confrontée au reportage, l’Association islamique de Stockholm a, immédiatement, suspendu les imams incriminés, en invoquant une « faute professionnelle » et en lançant une enquête interne.

Le ministre chrétien-démocrate des Affaires civiles, Steffan Attefall, a estimé que l’on pouvait envisager de retirer leurs subventions publiques à ces mosquées. Le ministre de l’Intégration, Erik Ullenhag, a, quant à lui, jugé que c’était un problème d’éducation des imams, et suggéré que l’on augmente les subventions aux mosquées dont les imams sont les plus instruits.

Il faut, en tout cas, bien garder à l’esprit que seulement, dix représentants religieux ont été interrogés dans le reportage, alors que la Suède compte environ 400 000 musulmans, pour 9 millions d’habitants.

Les auteurs du reportage ont précisé être conscients d’avoir pu faire le jeu des extrémistes et des islamophobes mais, ont finalement décidé de diffuser les images, considérant que la majorité des musulmans défendaient l’égalité des sexes. Comme quoi, la religion, c’est seulement la foi. Soit on croit, soit on ne croit pas.

Cébé

REWMI QUOTIDIEN