Accueil / FAITS DIVERS / PORTRAITS CROISÉS DE DEMBA KANDJI ET DE ANTOINE FELIX ABDOULAYE DIOME CES HOMMES DE LOI QUI ONT RÉGI LA COUR D’ASSISES

PORTRAITS CROISÉS DE DEMBA KANDJI ET DE ANTOINE FELIX ABDOULAYE DIOME CES HOMMES DE LOI QUI ONT RÉGI LA COUR D’ASSISES

Demba Kandji, le juge à l’intégrité morale reconnue par tous
Le Magistrat Demba Kandji ne saurait laisser personne indifférent. Avec un parcours de 26 années parsemées d’embûches, mais tout de même enrichissantes, l’homme se caractérise par sa rigueur et son amour pour le Droit. Du fait de son professionnalisme exemplaire, certains le dépeignent comme une personne «inaccessible».

Source l’Observateur
Trouvé confortablement assis dans son fauteuil, Demba Kandji en impose par sa taille imposante. Vêtu d’un boubou bleu, le président de la Chambre Civile et Commerciale à la Cour d’Appel s’est montré très enclin à nous faire découvrir une autre facette du juge qu’il est. Né en 1955 à Seokhaye dans la région de Thiès, il a connu une enfance très heureuse. Choyé par ses parents et éduqué à la lettre, il est passé de l’école coranique à l’école française. Il a effectué son cycle primaire à Thiénaba où il a obtenu son certificat de fin d’études primaires et élémentaires et son entrée en sixième. Cap ensuite au lycée Charles Degaulle. C’est là où il réalisera une partie de ses études secondaires avant d’être orienté au lycée Malick Sy de Thiès. Le Baccalauréat en poche, il a débarqué à l’université de Dakar en 1975, à la Faculté de Droit où il est sorti quatre années plus tard avec une maîtrise. Sa carrière de juriste se dessine. Ayant réussi brillamment au concours d’entrée à l’ENAM, il subit une formation de deux ans. À sa sortie, il est affecté, comme juge suppléant, à Diourbel où il séjourne jusqu’en 1984 avant d’occuper la fonction de Président du tribunal régional de Louga. Non sans être un excellent juge, il a été le représentant du comité directeur de la Fédération de Football de Louga en plus de ses incursions sur le plan culturel. En 1988, il pose ses baluchons à Dakar comme juge d’instruction au 3e Cabinet avant d’être désigné président de la 1e chambre correctionnelle du tribunal régional de Dakar de 1989 à 1996, date à laquelle il a été nommé Doyen des juges d’instruction. Poste qui lui a taillé une réputation de dur à cuire que rien n’ébranle. Beaucoup de dossiers chauds ont été traités sous son magistère. Beaucoup de délinquants notoires le connaissent pour être passé entre ses mains. C’est par la suite qu’il a été affecté à la Cour d’appel en qualité d’avocat général. Une fonction qu’il a occupée avec succès durant 3 années avant d’être nommé Président du tribunal hors classe de Dakar. Ce, jusqu’en 2007 où il a été désigné Président de la chambre civile et commerciale. Au total, Demba Kandji, toujours en activité, a servi la justice pendant 26 ans. Un parcours qui, bien que fait de servitudes, n’a pas fait reculer cet homme intègre. Une intégrité doublée d’une éthique professionnelle dont témoigne la plupart de ses collègues. Humainement, le juge est perçu comme un homme à l’approche difficile. Sans doute à cause de ses «origines rurales» comme il le dit lui-même. Pourtant, Me Abdourahmane Sow «Lénine», avocat à la cour, le voit autrement. «Au-delà de sa rigueur dans le travail, il inspire le respect et est très ouvert à ses semblables. Et même s’il est parfois un peu «incompris», il est une pierre vivante de la Magistrature», précise Me Sow. Demba Kandji est aussi un père de famille très proche de ses enfants.

Antoine Félix Abdoulaye Diome : L’avocat général aux réquisitoires pertinents

D’un physique agréable, Antoine Félix Abdoulaye Diome, magistrat du parquet, fait l’unanimité autour de lui. Même du côté des plus réticents, il semble être la coqueluche de la Cour. Courtois, chaleureux et fervent croyant, il brille par la pertinence de ses réquisitoires, même s’il est un tantinet timide.

Coincé le temps d’une audience lors des Assises, l’avocat Général Antoine Félix Abdoulaye Diome, le sourire en coin, nous a parlé de lui sans détour. Du haut de ses 33 ans, il est un natif de Khombole, une localité située dans le département de Thiès. Il y a effectué un parcours normal avec des études primaires et le premier cycle secondaire au lycée Malick Sy où il a obtenu son Brevet de fin d’études moyens. Avant de quitter sa ville natale pour la région de Dakar pour y poursuivre ses études secondaires au lycée Blaise Diagne, sanctionnées par le Baccalauréat. Il fait par la suite son entrée à l’université de Dakar. Après un brillant parcours, il s’en sort avec la maîtrise en Droit, marquant ainsi le début de sa carrière de Juriste.Antoine Diome s’inscrit au concours de l’Enam et le réussit haut la main en 1998. Pendant deux ans, il a subi une formation qui lui vaudra également un diplôme. Avec armes et bagages, il arrive en 2000 au Parquet de Diourbel où il séjourne quelque temps avant de retrouver le Parquet de Dakar comme Substitut du procureur de la République. Actuellement, l’homme très «calé» en Droit est au parquet général de la Cour d’Appel en qualité d’avocat Général. C’est sans doute par sa pertinence, comme en attestent d’autres, qu’il a été choisi parmi tant de magistrats du parquet pour siéger lors de la première session des assises de Dakar qui vient d’être clôturée. Féru de justice, il est quelqu’un de très timide et assez réservé. Chaleureux, il entretient la convivialité dans ses rapports avec son entourage. Qui d’ailleurs témoigne de sa courtoisie et de sa gentillesse. Selon le Juge Demba Kandji, l’avocat Général Antoine Félix Abdoulaye Diome est un jeune homme serviable, prêt à rendre service à ses aînés. Il n’est pas le seul d’ailleurs à partager cet avis. Me Yakhya Fall en dira autant sinon plus «C’est quelqu’un qui maîtrise la loi et sait ce qu’il fait. Un très bon Magistrat. De plus, c’est un homme pieux», témoigne-t-il. Né d’un père mouride qui lui a transmis ses valeurs et traditions, il affiche avec fierté son appartenance à la Tarikha Mouride. C’est un spécimen dans la magistrature qui fait la différence à travers ses brillants réquisitoires. Avec comme seul souci l’accomplissement de son devoir qu’est la défense des intérêts de la société par l’application de la loi en tant que telle. Même les Avocats qui sont souvent du côté de la défense- donc ses opposants puisqu’il est l’accusateur- lui prêtent assurément la qualité d’un excellent Juriste. En dehors du boulot, le magistrat est un mari attentionné.


À voir aussi

Rosalie avait fracassé la tête de sa nièce avec une écumoire lors d’une bagarre

Une affaire de famille a atterri, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits …

Usurpation de fonction: Un clerc et 5 agents de sécurité risquent 6 mois ferme

Attraits, hier, devant le juge du tribunal des flagrants délits de Dakar pour usurpation de …