Accueil / Confidences / La poubelle et le caniveau ( Par Jean Pierre Corréa)

La poubelle et le caniveau ( Par Jean Pierre Corréa)

Dans l’ADN de Wade, il est inscrit la bagarre, et avec lui il faut que ça swingue, que ça cogne et que ça saigne. Incapable de quitter le champ de bataille pour aller s’agenouiller sur un tapis de prières à aligner des kilomètres en débit de Astafiroulah !!! Macky Sall naguère avait ses insulteurs pour lui pourrir son mandat finissant, et bien qu’à cela ne tienne, il tient son «Assane Diouf» pour hanter les nuits de son successeur à coups d’insanités, de vulgarités et d’inculture rance.

Pourquoi diantre, Abdoulaye Wade que tout le monde espère Patriarche de la Nation, dans un rôle apaisant, se permet-il de recevoir dans l’enceinte d’une Mosquée, cet olibrius décervelé qu’est Assane Diouf, comme pour l’adouber, pire peut-être pour l’encourager à encore se répandre dans les caniveaux, prêt à lui servir de poubelle, voire de caution. C’est vrai que lui-même a dit pire au chef de l’Etat, le traitant d’esclave et de «deumeu», et déjà là le procureur avait eu la sagesse de ne pas s’autosaisir. Il légitime les accusations de collusion que le pouvoir porte à l’encontre du PDS. Ce n’est pas le plus grave. L’histoire de ce parti est constellée de telles salissures.

Le plus gênant, c’est ce «bras d’honneur» fait aux Sénégalais qui se sont sentis heurtés par les propos injurieux de ce garnement. Notre morale ? Wade n’en n’a cure !!! Il a toujours flirté avec la fange et les personnages «borderline», au point d’avoir des Clédor Sène dans son proche entourage et de le faire libérer et gracier par la volonté d’Ezzan. C’est encore Wade qui encourageait les Moustarchidines en 1994 à mettre Dakar sens dessus-dessous un jour de Ramadan, avec à la clé, l’horrible assassinat de plusieurs policiers. Dans le cas d’Assane Diouf, Wade nous dit clairement que ce garçon n’a rien fait de répréhensible moralement, selon son glossaire à lui et son ADN tout en politesse fourbe et calculatrice. Cet homme récupère tout et fait feu de tout bois, quitte à cramer le pays, comme un Néron Tropical d’opérette. Une poubelle de l’Histoire à lui tout seul. La vieillesse est véritablement un naufrage.

À voir aussi

Le Président et les combats inutiles (Par Ahmed Khalifa Niasse)

Bon nombre de personnes admiraient le Président Macky et lui reconnaissaient un certain nombre de …

Pollution (Par Demba Ndiaye)

On a acheté des votes, pourquoi on n’achèterait pas des parrains – Le parrainage est …