Accueil / SOCIETE / Pour 400 millions de FCFA Des espagnols de Bamako tuent leur associé

Pour 400 millions de FCFA Des espagnols de Bamako tuent leur associé

Accusés de meurtre et de complicité, détention illégale d’arme à feu, Aquilino Sousa Meranda, est condamné à 5 ans de prison ferme, son patron, Miguel Angel Devesa Mera a écopé de la même peine mais avec sursis. Le Vénézuélien Gustavo Valencia Sepolveda, jugé non-coupable, est, pour sa part, acquitté. Telle a été la décision de la Cour d’assise à l’issue d’un procès marathon de 9 heures d’horloge.

C‘est l’un des procès qui aura marqué cette deuxième session ordinaire de la Cour d’assises de Bamako. Après 9 heures de plaidoirie, la Cour a finalement rendu sa sentence. Une décision qui a été mal appréciée par l’assistance, mais, qui a fait le bonheur des avocats des accusés. Le dimanche 22 août 2010, Miguel Angel Devesa Mera, un Espagnol opérant dans le domaine de l’immobilier au Mali, Aquilino Sousa Miranda (son garde du corps) Gustavo Valencia Sepolveda et Thomas Krusk, respectivement employé et associé de Miguel, s’étaient retrouvés au domicile de l’Espagnol à Hamdallaye ACI 2000.

A la suite d’une dispute entre Thomas Krusk et Miguel, les quatre hommes se sont transportés, à bord du véhicule de Thomas Krusk, à l’entrepôt qu’ils avaient pris en location à la zone industrielle, et qui leur servait à la fois de garage, de magasin et d’atelier. Objet de cette dispute: 40 millions de FCFA que Miguel avait empruntés avec Thomas et que ce dernier réclamait. Ce à quoi Miguel répondait qu’il n’était pas en mesure de payer sur le champ et d’attendre donc le lendemain.

Une fois à l’entrepôt, la discussion a très mal tourné, car, à peine sorti du véhicule, Thomas Krusk, qui conduisait, a braqué son arme sur Miguel Angel Devesa Mara. Aquilino Sousa Miranda, le garde du corps de Miguel, plus rapide, a vite fait de dégainer le pistolet automatique qu’il portait sur lui (sans autorisation de port d’arme) avant de tirer des coups de feu, atteignant Thomas Krusk au thorax et à l’épaule droite, occasionnant ainsi sa mort.

Le corps de la victime sera ensuite découpé en morceaux, à l’aide d’une tronçonneuse, avant d’être écrabouillé, à l’aide d’un marteau par Aquilino. Au cours d’une ronde, la police du 3ème Arrondissement a été informée de la présence, dans la zone industrielle, d’un individu de race blanche au comportement suspect. Une descente sur les lieux avait permis l’interpellation, dans un entrepôt, de trois hommes, à savoir Aquilino Sousa Miranda, Miguel Angel Devesa Mera et Gustavo Valencia Sepolveda. Une fouille à l’intérieur de l’entrepôt a permis de découvrir le cadavre d’un homme de race blanche. La victime identifiée étant Thomas Krusk, était amputée de la tête et de la jambe droite et les premières constatations établirent qu’elle venait d’être tuée. C’est ainsi que les trois hommes ont été inculpés pour meurtre.

Comparaissant hier devant les assises pour y être jugés conformément à la loi, les trois accusés ont affirmé, qu’à la suite d’une altercation entre Miguel Angel et Thomas Krusk au cours de laquelle le dernier nommé a braqué son arme sur Miguel, craignant pour la vie de son patron, Aquilino aurait tiré deux fois sur lui, le tuant sur le coup. Le meurtrier prétend avoir agi ainsi dans la seule intention de désarmer Thomas. «Après avoir tiré sur lui et l’avoir découpé en morceaux pour faire disparaître toutes traces, j’ai décidé de rester pour faire face à mon destin», a poursuivi Aquilino, les larmes aux yeux.

Quant à Miguel, il a soutenu: «Aquilino a agi pour sauver ma vie».

Pour sa part, Gustavo a déclaré, qu’au moment où Thomas Krusk a braqué son arme sur Miguel, il a pris la tangente pour se réfugier dans un coin de l’entrepôt.

Alfisséni Diop, Avocat général à la Cour, représentant le ministère public, lors de son réquisitoire, a demandé à la Cour de retenir Aquilino dans les liens de la détention. S’agissant des deux autres, il a souligné qu’il est très difficile de les retenir comme étant des complices passifs. Avant de demander aux membres de la Cour de leur accorder le bénéfice des circonstances atténuantes, et de faire recours à l’article 19 du Code pénal, autrement dit, l’application d’une peine assortie du sursis.

Me Moustapha Cissé du collectif des avocats des accusés, a produit un mémoire, et a soutenu, qu’en raison des circonstances des faits, le crime d’assassinat doit être disqualifié en coups mortels. Il abonda, dans le même sens que le ministère public, tout en affirmant, lors de sa brillante plaidoirie, que la complicité passive de Miguel ne trouve aucune place dans ce dossier. Il demandera donc qu’il soit disculpé.

La Cour, présidée par Moussa Sara Diallo, 1er président de la Cour d’appel de Bamako, assisté de Moussa Oulé Diallo et de Kanfili Dembélé, après délibération, a jugé non coupable Gustavo Valencia Sepolveda. Il a été purement et simplement acquitté. Aquilino Sousa Meranda a été reconnu coupable des faits, avec le bénéfice des circonstances atténuantes. Ainsi, il s’est vu infliger la peine de 5 ans d’emprisonnement. Tandis que son chef Miguel Angel Devesa Mera est reconnu coupable de complicité de meurtre. Il écopera de 5 ans d’emprisonnement avec sursis.

Ibrahima Traoré


À voir aussi

Golf Sud : une élève en classe de 1ère violée par le mari de sa copine

Une lycéenne de 20 ans, a été violée par le mari de sa camarade de …

La Korité (Aïd al-Fitr) fêtée ce lundi 3 juin au Mali

L’Aïd al-Fitr ou Korité, qui marque la fin du mois de jeûne musulman du ramadan, …