REBEUSS

POUR AVOIR BASTONNÉ SA FILLE Fabrice fracture le bras de Moïse et se retrouve en prison

C’est demain, 14 avril 2016, que Fabrice Ngom connaîtra son sort. Il a été attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, par Moïse pour Coups et blessures volontaires (Cbv). En effet, tout est parti d’une bagarre à l’issue de laquelle Moïse a eu une double fracture.
Une affaire de Coups et blessures volontaires (Cbv) a atterri, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. En effet, les faits se sont déroulés, le vendredi 18 mars dernier, à Ouest foire. Ce jour-là, une petite fille est venue se plaindre auprès de son père Fabrice Ngom disant qu’elle a été frappée par un certain Moïse. Sans perdre de temps, Fabrice s’est dirigé chez Moïse pour savoir la raison pour laquelle sa fille a été frappée. Cependant, il a surpris de voir un monsieur qui n’était pas prêt à lui dire ce qui s’est passé. C’est sur ces entrefaites qu’il s’en suivit un échange de propos aigres-doux entre Moïse et le père de la petite fille avant que la bagarre n’éclate. À l’issue de cette bagarre, Moïse s’est retrouvé avec un bras fracturé entrainant une Incapacité temporaire de travail (Itt) de 45 jours. Blessé, il porte l’affaire devant la justice.

À la barre du tribunal, hier, le prévenu Fabrice Ngom a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés. Tout de même, le prévenu a déclaré que c’est effectivement au cours de leur bagarre que le bras de Moïse s’est fracturé. Mais, précise-t-il, son intention n’était guère d’arriver à ce résultat. C’est la raison pour laquelle, poursuit Fabrice, il a aussitôt laissé Moïse lorsque celui-ci lui a notifié que son bras était fracturé.  Ses déclarations ont été balayées d’un revers de main par le plaignant selon qui, c’est le prévenu qui était venu le trouver dans son appartement  pour lui demander s’il le connaissait. Ayant répondu  par l’affirmative, il lui a posé la question de savoir pourquoi a-t-il frappé sa fille ? C’est parce que cette dernière, rétorque-t-il, l’a injurié avant de le  traiter de vagabond. Offensé, Moïse a donc frappé la petite. À la barre du tribunal, hier, le plaignant a soutenu que le mis en cause était venu dans son appartement avec six autres personnes pour lui faire sa fête. Pis, ils ont fracturé son bras.
Prenant la parole pour défendre les intérêts de son client, l’avocat de la partie civile estime que les faits sont clairs. Toutefois, la robe noire a anticipé sur les plaidoiries de la défense en soutenant qu’on ne peut pas parler de provocation car, dit-il, il s’agit d’une fille impertinente qui ose insulter ouvertement les gens. Revenant sur son client, la robe noire indique que le préjudice est énorme. C’est pourquoi, elle a demandé à ce qu’un expert soit désigné pour évaluer le montant du préjudice. À défaut de cela, la partie civile a réclamé 3 millions F Cfa.

Pour sa part, le maître des poursuites a sollicité l’application  de la loi. Pour terminer, la défense a reconnu les faits avant de présenter ses excuses au plaignant et aux juges. Les avocats de la défense ont donc plaidé pour la clémence  du tribunal. Selon eux, il s’agit d’une bagarre entre jeunes qui a tout simplement mal tourné. À les en croire, leur client est dans les dispositions de payer la somme réclamée par la partie civile. Toutefois, l’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 14 avril prochain.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

waly ballago seck

AFFAIRE DE LA RANGE ROVER “VOLEE” Wally Seck inculpé et placé sous contrôle judiciaire

L’artiste musicien Wally Ballago Seck n’est pas sorti indemne de son face à face, hier, …