SOCIETE

POUR AVOIR ORGANISÉ UNE SOIRÉE DE « LEUMBEUL » Des jeunes de l’Asc Deggo de Yeumbeul devant la barre

  • Date: 21 novembre 2015

Les nommés R. Silma, B. Ngom, F. Diop et S. Mangara ont comparu, hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar pour les faits d’outrage public à la pudeur et trouble à l’ordre public. Ils sont relaxés au bénéfice du doute.
Les juges du Tribunal des flagrants délits de Dakar ont ouvert, hier, le dossier de R. Silma, B. Ngom, F. Diop et S. Mangara. Ils sont poursuivis pour les faits d’outrage public à la pudeur et trouble à l’ordre public. S’agissant des faits, dans le cadre de la recherche de fonds dans le but de préparer la finale de leur équipe, les supporters de l’Asc Deggo de Yeumbeul ont organisé une soirée de « Leumbeul » au centre polyvalent de ladite localité. Il faut dire que ces jeunes n’avaient pas l’autorisation des autorités compétentes pour la tenue d’une telle soirée. Pis, c’est l’extravagance qui était exigée chez les filles pour prendre part à cette soirée. Il fallait porter une courte robe ou à défaut une culotte qui met en exergue les rondeurs. À l’intérieur de la salle, l’ambiance était au summum et les jeunes, filles comme garçons, rivalisaient d’ardeur avec des danses obscènes. Alertés, les éléments de la police ont fait une descente sur les lieux pour vérification. Mais, l’accès dans la salle leur a été interdit par les jeunes qui, en groupe, ont commencé à leur lancer des pierres. Et, l’un des policiers a fait un tir de sommation pour se tirer d’affaire avant de se blesser tout seul.
Attraits à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, les prévenus R. Silma, B. Ngom, F. Diop et S. Mangara ont nié les faits en soutenant que la soirée était déjà terminée quand les policiers sont arrivés sur les lieux. Mieux, ils ont indiqué que ce n’était pas une soirée « Leumbeul » mais plutôt une soirée dansante. Toutefois, les prévenus sont passés à l’aveu en reconnaissant qu’ils n’avaient pas eu l’autorisation des autorités compétentes. Invité à faire ses réquisitions dans cette affaire, le maitre des poursuites a requis tout simplement l’application de la loi. De leur côté, les avocats de la défense ont plaidé pour la relaxe. À les croire, il n’y a pas suffisamment d’éléments pour entrer en voie de condamnation. En rendant sa décision, le Président du tribunal a suivi les avocats de la défense dans leurs plaidoiries. Il a relaxé les prévenus au bénéfice du doute.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15