21 octobre, 2014
Accueil » SOCIETE » POUR DÉNONCIATION CALOMNIEUSE Arona Sy réclame 2 milliards à Amnesty et à la Raddho
POUR DÉNONCIATION CALOMNIEUSE   Arona Sy réclame 2 milliards à Amnesty et à la Raddho

POUR DÉNONCIATION CALOMNIEUSE Arona Sy réclame 2 milliards à Amnesty et à la Raddho

Le commissaire central de Dakar Arona Sy a adressé une citation directe au tribunal correctionnel de Dakar contre Alioune Tine et Seydi Gassama. Il les accuse d’avoir, par dénonciation calomnieuse, empêché qu’il ait un contrat aux Nations Unies.

« On est allé dire aux Nations Unies que je suis un violeur des droits de l’homme, que j’ai fait des tortures, une chose qu’ils ne peuvent prouver, jamais, ils ne vous amèneront des preuves attestant cette dénonciation calomnieuse. Aucun homme ne pourra vous dire qu’Arona Sy m’a torturé ou a donné l’ordre pour qu’on le fasse ». Ces propos sont du commissaire central de Dakar Arona Sy qui a porté plainte, pour dénonciation calomnieuse, contre Seydi Gassama d’Amnesty international et Alioune Tine de la Raddho. Pour le commissaire, c’est parce que les deux organisations de droit de l’homme sont intervenues auprès des Nations Unies, en usant de diffamation en son nom, qu’il a perdu un poste d’intervention au Darfour. « Quand j’ai manifesté ma candidature, j’ai été accepté, puis présélectionné, avant d’être sélectionné. Si ce n’était leur calomnie, j’aurais aujourd’hui un contrat aux Nations Unies », a dit Arona Sy devant la barre du tribunal correctionnel où il a attrait Alioune Tine et Seydi Gassama. Faisant allusion aux textes qui régissent la police, M. Sy a précisé que le commissaire central qu’il est ne commande pas les opérations, pendant les attroupements en milieu urbain. « Les textes disent les choses en clair et le mal est que ces messieurs ne sont pas allés les chercher à bonne source, avant de me calomnier », insistera-t-il.

Pour Alioune Tine, quand la population organise une marche pacifique encadrée, tout se passe comme prévu. Aussi, poursuit-il, « je ne peux concevoir les répressions que le peuple sénégalais a vécues, en tant que défenseur des droits de l’homme. Toutefois, « je ne suis pas allé faire un lobbying pour calomnier une quelconque personne, encore moins Arona Sy », a précisé le secrétaire exécutif de la Radho. Seydi Gassama, lui, précisera qu’ils ont adressé des correspondances aux Nations Unies, sans le calomnier, en se basant sur ce qui s’est passé pendant la période post électorale. « Nous avons alerté, comme il est de notre rôle de défenseurs des droits de l’homme », a dit M. Gassama.

Me Boubacar Cissé, au nom de la partie civile, a réclamé 2 milliards en dommages et intérêts. « Le commissaire a servi son pays partout, a été décoré, à plusieurs reprises, par les Nations Unies et ne doit pas subir la méchanceté de compatriotes », précisera-t-il, d’avis que le concours auquel son client a réussi, sortant major, suivi de la Gambie, devait faire la fierté de nos pays. La défense, à son tour, a évoqué l’article 459 du code des obligations civiles et commerciales (Cocc) qui demandent la sanction pour une constitution abusive de partie civile. La citation directe de M. Sy est vide en droit et en fait, selon Me Abdoulaye Tine. La défense a demande 100 millions de dommages et intérêts. « Nous avons les pieds sur terre, nous n’allons pas demander 2 milliards, comme la partie civile », répliquera Me Mbengue. L’affaire sera mise en délibéré le 24 Janvier prochain.

Yandé DIOP

REWMI QUOTIDIEN