ACTUALITE

Pour la libération des peuples africains- le forum social africain dit non aux accords de partenariat économique

  • Date: 17 septembre 2015

En conclave depuis les lundi 14 et mardi 15 septembre à Dakar, les altermondialistes africains réclament des chefs d’Etat du continent la «suspension des Accords de partenariat économiques (APE) signés, en catimini, avec l’Union Européenne». En sus de cela, ils ont adoptés une feuille de route, à partir des nombreux défis qui interpellent l’Afrique, aux fins de relancer la dynamique des mouvements sociaux.

A l’issu de leur atelier international, placé sous le signé de l’«Evaluation de la participation africaine au forum social mondial de Tunis et situation des dynamiques africaines du forum social : quelles perspectives ?», les altermondialistes africains ont adopté une déclaration, avant-hier mardi 15 septembre à Dakar. Celle-ci, indique Alassane Guissé de Tamba, est «un condensé des conclusions des deux jours de réflexion et de travail qui ont vu la participation des délégués d’une dizaine de fora pays africains».
Tenu dans un contexte de crises, et particulièrement, celles migratoire, du CFA, de l’éducation, de la santé (avec le virus Ebola), du foncier, de l’insécurité, stipule Mamadou Mignane Diouf du Forum social sénégalais, porte-parole du jour, la «Déclaration de Dakar du 15 septembre 2015» plaide pour la «suspension des Accords de partenariat économiques (APE) que les dirigeants africains ont signés avec l’Union Européenne en douceur». Condition sine qua non, selon toujours les altermondialistes africains, pour la libération des peuples africains encore sous le joug du néolibéralisme.
Par ailleurs, cette «Déclaration de Dakar» du Forum social africain recommande, entre autres, «la relance de la dynamique des mouvements sociaux dans tous les fora pays, la mise en place d’un groupe de contact pour la mise en œuvre de la feuille de route, une large participation des africains au Forum social mondial qui se tiendra à Montréal au Canada, le renforcement de capacité de ses membres etc.». Ces recommandations visent, selon Diakalia Ouattara du Mali, à revigorer la dynamique du Forum social africain au ralenti depuis quelques années par défaut de méthodologie.
En marge du point de presse clôturant l’atelier international du Forum social africain, les camarades de Kabinet Kaba de la Guinée Konakry ont attiré l’attention des populations africaines et de la communauté internationale sur les échéances électorales qui se profilent à l’horizon dans quinze (15) pays africains et qui sont des élections à très haut risques: Côte d’ivoire, Guinée Conakry, Burkina Faso… Le foisonnement des groupes armés en Afrique, faisant allégeance au groupe Etat islamique (EI) tels que Aqmi, Boko Haram, avec des budgets colossaux, sources d’insécurité généralisées notamment sur la bande soudano-sahélienne, laisse aussi perplexe les membres du Forum social africain.
Sud Quotidien

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15