Accueil / CULTURE / Pour la promotion de la musique africaine : Youssou Ndour annonce la création d’une école

Pour la promotion de la musique africaine : Youssou Ndour annonce la création d’une école

Dans la capitale de la Petite Côte où il a organisé une séance de dédicaces de son nouvel album Alsaama Day, le leader du Super Etoile qui se dit très préoccupé par le devenir de la musique sénégalaise a annoncé la création très prochainement d’une école de formation des métiers de la musique qui sera implantée dans un des pays de l’Afrique de l’Ouest. Cette initiative, qu’il partage avec ses pairs de l’association professionnelle des musiciens africains, contribuera à booster cet art dans le continent. Sur la Petite Côte, il a aussi évoqué la lutte contre la piraterie et ses relations avec Mbaye Dièye Faye.

Source: Le Quotidien
«S’il y a quelque chose à encourager aujourd’hui, ce sont bien les métiers de la musique, notamment le management, la technique, entre autres. C’est vrai que nous ne sommes pas au diapason, mais dans le cadre de l’association professionnelle des musiciens africains qui va bientôt démarrer ses activités, nous pensons créer une école de formation qui sera implantée dans une des capitales africaines pour former des jeunes dans les métiers de la musique», annonce le leader du Super Etoile qui signale que celle-ci pourrait être implantée à Dakar, Bamako ou Nouakchott. De l’avis de Youssou Ndour, les jeunes talents ont besoin d’être encouragés, surtout dans le cadre des maisons de disque.

«Nous, nous avons la structure Jololi et nous revendiquons beaucoup de jeunes talents qui sont passés par nous pour être connus et faire leur carrière. Mais, je crois qu’il y a beaucoup de cafouillages parfois dans l’entendement des jeunes artistes», estime-t-il.

«On ne peut pas se dire qu’on cherche une expérience professionnelle et, en même temps, à côté, faire deux cassettes dans le cadre des maisons de disque ou des structures organisées où il y a la promotion et un certain plan de carrière et qu’au bout de quelques temps, on te voit avec quelqu’un d’autre qui ne connaît rien de la musique, mais qui n’est mu que par le gain sans se soucier des autres aspects qui gravitent autour du show-biz», s’indigne l’auteur de Alsaama Day qui pense que ces jeunes-là n’ont, pourtant pas besoin de formation, parce qu’ils ont la chance d’avoir de grands artistes au Sénégal.

Lutte contre la piraterie

Le leader du Super Etoile explique le choix de la Petite Côte pour une séance de dédicaces de son nouvel album par le fait que, non seulement, il y compte de nombreux amis, «comme partout ailleurs», mais aussi, parce que cette ville bouge beaucoup au niveau du show-biz. Des gens qui, selon lui, œuvre pour la promotion de la musique et que le public mbourois achète les produits musicaux.

«Ici, il y a beaucoup d’étrangers, notamment les touristes. Le contact entre les Sénégalais et les étrangers aboutit toujours à la promotion de la musique sénégalaise. Il y a des gens qui se déplacent tous les week-ends pour venir assister à nos soirées à Dakar. Pour nous, Mbour a beaucoup de potentialités et cette séance de dédicaces nous rapproche du public», avoue-t-il. Tout en précisant qu’il n’est pas venu sur la Petite Côte pour les touristes, mais plutôt pour les populations. Car, à l’en croire, ce genre d’initiative contribue, sans conteste, à lutter contre la piraterie qui hante le sommeil des créateurs, notamment les musiciens.

«C’est l’occasion, d’ailleurs de souligner que dernièrement lors d’une audience avec le ministre de la Culture qui a vraiment beaucoup apprécié ce que nous faisons nous a encouragé. En attendant les choses pratiques, par rapport aux décisions prises par le gouvernement depuis l’année dernière, par rapport à la lute contre la piraterie, je pense que le ministère de l’intérieur fait quand même quelque chose contre ce fléau», apprécie-t-il.

«Tout ceci pour dire qu’aujourd’hui, tout le monde se donne la main pour combattre la piraterie. Et moi, je ne lâcherai pas parce que je continuerai à faire la promotion de ma musique et aussi lutter contre ce mal, quitte à les amener à la raison», prévient Youssou Ndour qui se réjouit du fait qu’en trois semaines d’âge, la public a bien accueilli ce nouvel album.

«Je remercie le public, parce que cela fait cinq à six ans que les produits ne se vendaient plus, mais les gens écoutaient les radios et puis pirataient. Aujourd’hui, nous sommes à des milliers de cassettes et de Cd vendus, il y a eu même une rupture de stocks», déclare notre interlocuteur qui donne rendez-vous à ses fans au mois de juin, date à laquelle va démarrer sa tournée sénégalaise.

«Nous sommes satisfaits des résultats, maintenant, nous avons encore quelques problèmes pour jouer toutes les chansons de cet album, parce qu’il nous faut un peu plus de temps pour répéter certains titres qu’on ne cesse de nous réclamer. Mais nous pensons, d’ici la tournée nationale, être prêts pour le répertoire de Alsaama Day pour pouvoir le jouer en live», conclut Youssou Ndour.

Séparation avec Mbaye Dièye Faye ?

Revenant sur une rumeur faisant état d’une séparation entre lui et son percussionniste attitré, Mbaye Dièye Faye, Youssou Ndour dira qu’il n’en est rien. «Ce n’est pas vrai. Les gens racontent des histoires mais, pour moi, ce qui est important pour les musiciens, d’une manière générale et Mbaye Dièye en particulier, je tiens à leur carrière solo. C’est moi-même qui encourage les artistes qui tournent autour de moi d’être dans une logique de promouvoir leurs propres carrières», soutient-il.

Pour lui, Mbaye Dièye Faye a sorti une cassette et il est en train d’en faire la promotion, «tout comme je suis entrain de faire la mienne. C’est comme ça et c’est valable aussi bien pour Mbaye Dièye que pour Viviane. Parce que les gens oublient souvent qu’elle fait partie du Super Etoile, mais sa carrière solo commence à prendre de l’envol et ça c’est la grande famille du Super Etoile. Non, il n’y a pas de problèmes, sauf que, dès fois, que personne ne s’étonne que nous jouons une soirée et que Mbaye Dièye Faye, Viviane ou Habib Faye ne soient pas là», lance Youssou Ndour.»


À voir aussi

Maroc-Sénégal Farssi immortalise les relations historiques entre les deux pays

Professeur titulaire à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar,  Sidi Mohamed Farssi vient de publier un …

«Le réveil des lions» Laye ‘’Ananas’’ dédie une fresque aux Gaindés du Foot

La compagnie de danse, « Lions of Africa », dirigée par Abdoulaye Dieng dit Laye Ananas, a …