téléchargement (4)

POUR LA SATISFACTION DE LEURS REVENDICATIONS- Les travailleurs de la justice décrètent 72 heures de grève

Les travailleurs de la justice sont encore en mouvement d’humeur. En marge d’un point de presse, hier, ils ont décrété une cessation de travail pour 72 heures. Ils lancent un appel à leur ministre de tutelle de respecter les engagements qu’il avait pris pour une amélioration de leur condition de travail.

Les membres du syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) ont tenu une conférence de presse, hier, au cours de laquelle leur secrétaire général a décrété une cessation de travail pour 72 heures. Selon El Hadji Ayé Boun Malick Diop, les travailleurs de la justice après concertation ont décrété une cessation concertée et collective du travail de 72 heures à partir du mardi 26 juillet 2016 (hier: ndlr). A l’en croire, c’est l’occasion pour eux de lancer un appel à tous les militants du Sytjust à une large mobilisation sur le plan national pour le triomphe de leurs idéaux et la satisfaction de leurs légitimes revendications. Face à la presse, hier, le sieur Diop a déclaré que : “ le 24 juillet 2016 dernier a coïncidé avec l’expiration du préavis de grève que le Sytjust a déposé par le soin de son bureau exécutif national au bureau du ministère de la fonction publique, la rationalisation des effectifs et du renouveau du service public”. En effet, les circonstances de cette expiration sont telles qu’elles ne laissent aux travailleurs de la justice aucune alternative autre que d’entrer en mouvement de grève pour défendre légitimement leurs intérêts matériels et moraux. Dans ce préavis de grève, les priorités étaient les points de revendications relatifs au statut et au plan de carrière des travailleurs de la justice, à l’amélioration des rémunérations par l’octroi d’indemnités et primes, à l’élargissement de l’assiette du fond commun.  Pour mieux prendre en charge ces préoccupations, ils avaient mis sur pied avec le ministère de tutelle un plan de travail dont la méthode définie par la chancellerie et le Sytjust consistait à impulser ensemble les réformes dans le double sens de moderniser la justice et d’améliorer les conditions tant sociales que professionnelles des travailleurs de la justice. Pour le secrétaire général, il s’agissait pour les deux parties de produire un paquet de projet de décret et d’arrêté qui prennent en compte dans leurs diverses dispositions les revendications des travailleurs de la justice. “ Après un temps d’attente, le constat était que rien ne bougeait dans le sens attendu par le Sytjust, déplore M Diop. ‘’A notre connaissance jusqu’à ce jour, aucun de ces projets n’a fait l’objet d’une quelconque signature”, dit-il.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

Le tribunal d’Abidjan où se déroule de procès dit « des pro-Gbagbo » en Côte d’Ivoire.
REUTERS/ Thierry Gouegnon

POUR FAIRE PLAISIR À SA FEMME Mamadou Dièye roue son grand frère handicapé de coup de bâton

Mamadou Dièye est un indigne petit frère. Ce père de famille né en 1977, n’a …