Accueil / ACTUALITES / Pour mettre fin au débarquement de ses proches : Macky Sall décrète l’équilibre de la terreur

Pour mettre fin au débarquement de ses proches : Macky Sall décrète l’équilibre de la terreur

Va-t-on vers un grand déballage, comme en raffolent les Sénégalais ? «En tout cas, nous allons beaucoup les emmerder». Cette confidence d’un proche du président de l’Assemblée nationale, Macky Sall, témoigne de ce qui trame, depuis quelques jours, au niveau de la deuxième institution du pays. Depuis son départ de la Primature, Macky Sall assiste à la défénestration tous azimuts des directeurs de sociétés nationales qui lui sont réputés proches.

Source : L’As
Après Serigne Mboup limogé de Petrosen, Aliou Niang, débarqué de l’Agence nationale d’électrification rurale, Baïla Wane, directeur général de la Loterie nationale sénégalaise, et Assane Mbaye de la Société nationale de recouvrement sont sur la liste rouge. Face à ce qu’ils présentent comme une purge injustifiée et mesquine, les proches de l’ancien Premier ministre ont décidé de réagir. Un groupe de députés, coordonné par un ancien ministre, très hostile à Karim Wade, travaille en ce sens. Deux dossiers sont étudiés, lors de rencontres discrètes, par ces parlementaires : celui de la cession du terminal à containers du Port de Dakar et celui relatif à la saisie record de drogue à Mbour.

L’Assemblée nationale pouvant contrôler à souhait l’Exécutif, ces parlementaires veulent, dans un premier temps, créer un débat parlementaire sur les conditions de cession du terminal du Port à Dubaï Port Word. «Nous ne pouvons pas assister sans rien faire face à cette traque injustifiée des amis de Macky Sall. Ils l’ont cherché et nous allons sortir tous leurs cafards, à travers des débats parlementaires. Ces questions orales ne sont que des hors d’œuvres. Pour avoir été durant trois années Premier ministre, Macky Sall maîtrise tous ces dossiers et il sait tout ce qui s’est passé dedans. Ils nous cognent, nous allons les cogner», confie une source parlementaire. Qui ajoute : «nous allons aussi passer au crible la gestion de l’Agence nationale de l’organisation de la conférence islamique. L’Assemblée nationale a le devoir de réagir, surtout face à la polémique soulevée par le rapport du syndicat national des architectes du Sénégal». Une manière pour Macky Sall d’installer la terreur dans le camp adverse, c’est-à-dire celui du fils du Président, Karim Wade ? «Non. Nous voulons seulement leur montrer que nous aussi, pouvons faire très mal, dossiers à l’appui. Car ils ont cherché des dossiers contre nous, mais ils n’ont rien eu. Ils ont même eu à fabriquer un faux scandale foncier qu’ils voulaient faire publier par des journalistes».


À voir aussi

Suisse : Ousmane Sonko reste en prison

L’ancien Ministre de l’Intérieur de la Gambie sous Jammeh, qui avait déposé un recours pour …

Les Nominations du Conseil des ministres du 14 novembre 2018

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : …