Accueil / Education / Pour sauver l’année scolaire l’Ois invite à l’Etat à respecter les accords signés avec les enseignants

Pour sauver l’année scolaire l’Ois invite à l’Etat à respecter les accords signés avec les enseignants

Sauver l’année scolaire 2017-2018 est le combat des membres de l’Organisation des Instituteurs du Sénégal (O.I.S). Ces derniers invitent à l’état au respect des accords qui avaient été signés entre les responsables en charge de la question de l’éducation et le corps enseignant depuis le 17 février 2014. Plusieurs points revendicatifs sont toujours rangés sous les tiroirs depuis lors.
C’est la deuxième fois que les acteurs de l’éducation font une sortie, depuis l’ouverture des classes de cette année, pour interpeller les autorités par rapport à leurs conditions de travail. Pour Mouhamadou Ba, Secrétaire général de l’Organisation des Instituteurs du Sénégal et porte-parole du jour : « il s’agit du non-respect des accords signés le 17 février 2014, la mauvaise gestion démocratique des personnels enseignants, la diligence de la sortie du décret portant statut des élèves-maîtres sortants des CRFPE, l’augmentation substantielle de toutes les indemnités allouées aux enseignants, et surtout celles de logement, le relèvement de manière substantielle de la part réservée à la Petite enfance et au Préscolaire dans le budget de l’Education, la diligence dans la mise en place des crédits au logement, la fin des lenteurs administratives (sortie des actes alignement) et le paiement de tous les rappels dus aux enseignants ». Selon toujours monsieur Ba, « le traitement des Instituteurs de Dakar et de ceux qui sont dans les localités lointaines doit être le même. L’O.I.S a pour rôle de défendre les intérêts des acteurs du secteur de l’éducation, mais aussi de recadrer certains enseignants. C’est à travers ces voies qu’une éducation de qualité peut être obtenue dans notre pays. Les mauvais résultats, souvent obtenus pendant les examens, sont liés à la négligence des autorités qui devraient à tout moment prendre en compte les besoins des Instituteurs qui jouent un rôle important pour l’amélioration de l’éducation qui est la clé de toutes les portes ». D’après le Secrétaire général de l’Organisation des Instituteurs du Sénégal, « le préavis de grève que ses camarades envisagent de déposer, vise à alerter les autorités puis à emmener l’Etat à respecter les accords qui avaient été signés entre les partis ».

Sada Mbodj

À voir aussi

Bourses d’Israèl à la faculté des lettres Des étudiantes empochent chacune 300.000 CFA

L’ambassade d’Israël au Sénégal et la Faculté des lettres et sciences humaines de l’université Cheikh …

Ebullition du système éducatif : le saems n’exclut pas une année blanche

Le Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire (Saems) a déposé un préavis de …