telechargement-3

POUR TRAFIC INTERNATIONAL DE DROGUE- Une guinéenne prend 10 ans de travaux forcé

La dame Maїmouna Bâ, d’origine guinéenne, a comparu hier à la barre de la chambre criminelle de Dakar. Elle a été appréhendée à l’aéroport Léopold Sédar Senghor, avec 2,5 kg de cocaïne dans ses bagages.

C’est une femme triste qui s’est présentée, hier, à la barre de la chambre criminelle de Dakar pour répondre des délits de contrebande et de trafic international de drogue. S’agissant des faits, qui remontent au 26 décembre 2012, les éléments de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Octris), avaient reçu une information disant qu’une guinéenne voyageait avec de la drogue à bord du vol 0797 de Emirates, qui devait partir de Dubaï à Dakar. Les enquêteurs l’ont interceptée à l’aéroport Léopold Sédar Senghor au moment où elle récupérait, sur le tapis roulant, les colis attitrés en son nom au départ de Sao Paulo. Auparavant, elle avait pris le soin à son arrivée d’arracher les tickets d’identification des bagages pour les dissimuler parmi les autres objets. La fouille de colis effectuée sur place a permis de découvrir à l’intérieur de ses bagages qui, sentaient une bonne odeur de cocaïne, 24 sacs à main pour dame de différente couleur. Ces sacs comprenaient chacun deux poignets faits de baguettes en bois rouge qui, en réalité, étaient remplies de cocaïne. Les policiers ont découvert 48 baguettes contenant chacune 42 g de cocaïne, soit un total de 2,5 Kg de drogue.

La défense demande la requalification des faits

Maïmouna Ba a déclaré pour se disculper qu’elle ne savait pas qu’elle transportait de la cocaïne et qu’elle ignorait aussi le contenu des poignets des sacs. Elle a déclaré à la barre de la chambre criminelle, qu’elle a reçu les sacs depuis Sao Paulo où elle se rend pour traiter son vih/Sida. Ses déclarations n’ont pas convaincu le maître des poursuites selon qui la longueur du trajet a trahi le contenu des sacs. “L’élément intentionnel est là parce que l’accusée n’a pas pu justifier le choix du Brésil. Aussi, il y avait partout l’odeur de la cocaïne. C’est la raison pour laquelle je vous demande de la condamner à 12 ans de travaux forcés et à 5 millions d’amende ”, a requis le parquetier. De son côté, l’avocat de la défense renseigne que la dame n’a pas contesté la détention, mais qu’elle ne savait pas que c’était de la drogue. Aussi, la quantité ne peut pas nous permettre de retenir le trafic international de drogue. Selon la robe noire, le doute existe sur ce dossier et elle a demandé, à  titre principal, de l’acquitter purement et simplement. Ou si par extraordinaire on la reconnaît coupable, de requalifier les faits en détention en vue d’usage ou d’offre et de cession de drogue. Sur ce, de lui faire une application bienveillante de la loi.

Toutefois, Maïmouna Bâ a été reconnue coupable de contrebande, détention et trafic international de drogue. Elle a été condamnée à 10 ans de travaux forcés et une amende de 5 millions de nos francs.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …