Accueil / ECONOMIE / Pour un système de gestion rentable : «L’entreprise Sénégalaise doit créer son propre modèle… », selon l’expert Franck Ndiaye

Pour un système de gestion rentable : «L’entreprise Sénégalaise doit créer son propre modèle… », selon l’expert Franck Ndiaye

En partenariat avec le cabinet Pracxis International, la Chambre de Commerce d’Industrie et d’Agriculture de Dakar (Cciad), a organisé avant-hier une session de formation à l’endroit de quelques entreprises Sénégalaises. Le thème portait sur : « le monde à votre portée: Implanter un système de Gestion Rentable et Iso 9001 : 2000 ».

Source : Le Matin
Dans le but de faire la promotion de l’entreprise africaine, le conférencier, président Directeur Général du cabinet Pracxis International Ltée, M. Franck Ndiaye a rappelé qu’en matière de gestion, l’approche rentable est celle dite offensive. C’est aussi une façon d’attaquer les marchés nationaux et internationaux. Selon lui, « les entreprises Africaines doivent aujourd’hui changer de modèle de gestion en établissant leur propre modèle ».

À l’en croire, ces mêmes entreprises doivent se définir comme des institutions qui fonctionnent comme des armées. Il estime qu’il faut aller chercher sur le marché international des opportunités qui peuvent être fabriquées localement, dans la mesure où il y a des besoins qui peuvent être satisfaits par les entreprises Africaines, surtout, dit-il, au Sénégal où il y a beaucoup de personnes qui ont envie de faire quelques choses, et qui ont un savoir-faire et des techniques. Cependant, ce qui est important, selon Franck, c’est que les gens doivent réaliser qu’aujourd’hui le monde est à leur portée et il y a tous les éléments pour pouvoir le faire.

Et il croit important de faire tout ce qui leur permet de gagner sur les marchés de demain. À ce stade, l’éthique a sa place car, indique-t-il, « on ne doit pas sortir n’importe quoi. L’environnement doit aussi être préservé ». Ici, le plus important selon le conférencier, c’est que : « les entrepreneurs Sénégalais, les Sénégalais en tant que tel doivent s’assurer d’une chose aujourd’hui. Faire la promotion de tous leurs succès, mettre l’accent sur ce qui va bien, mettre en avant les jeunes qui travaillent, les entreprises qui fonctionnent entre autres ». Ceci, dira-il pour attirer les clients.

Les normes Iso, passeport du monde des affaires

Dans sa présentation, le président-directeur Général de Pracxis International Ltée est aussi revenu sur les normes Iso, qui doivent être adaptées aux réalités Africaines. Selon M Franck : « les entreprises Africaines doivent éviter d’implanter les normes Iso comme elles le sont au départ ». Et le conférencier de poursuivre : « ces normes sont implantées dans un contexte qui d’abord n’est pas adapté, mais ne répondait pas à la réalité de faire de la norme un outil d’affaire ».

À l’en croire , les Africains doivent implanter des normes de façon rentable, c’est-à-dire, en faire des outils d’affaire, parce que, souligne-t-il, ce sont des passeports pour le développement et il faut qu’ils viennent soutenir les stratégies de développement. Rappelons que les normes Iso sont une sorte de questionnaire qui aide à organiser les entreprises pour qu’ils soient plus performants.

À ce titre, il devient intéressant, selon M. Ndiaye, de les utiliser « comme un outil d’affaire ». Un outil qui permet de créer son propre modèle de gestion en fonction des opportunités que vise l’entreprise. Les normes Iso servent de guide pour définir l’organisation qui, d’après le conférencier, doit atteindre les objectifs, ce qui est important dans le cadre d’une gestion offensive.


À voir aussi

Ecosystème marin : Les scientifiques sénégalais appelés à jouer leur partition

L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) a réuni, depuis hier à Dakar, …

Industrialisation de l’Afrique : Akinwumi Adesina mise sur la formation professionnelle et technique

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a présidé hier …