telechargement

POUR UNE ANNEE SCOLAIRE APAISÉE Le Cusems exige le respect des accords signés

Le Cadre Unitaire Syndical des Enseignants du  Moyen et du Secondaire (Cusems) a rencontré, hier, la presse, pour exiger du Gouvernement le respect des engagements signés. Selon le Secrétaire Général Abdoulaye Ndoye, le gouvernement doit honorer les droits de grève et éviter la radiation des syndicalistes.

Le Cusems a fait face à la presse pour faire le bilan de l’année scolaire 2015/2016. En effet, son secrétaire général, Abdoulaye Ndoye, a indiqué que ce conseil national qui a réuni les responsables départementaux du Cusems, répond à leurs préoccupations qui consistent à partager avec toutes leurs structures l’information, à évaluer ensemble leurs activités et à dégager des perspectives.  Face à la presse, il a rappelé que ce conseil national s’inscrit dans un contexte de crise généralisé du système éducatif sénégalais, mais aussi de violation du droit de grève et des libertés syndicales. Pour étayer ses propos il déclare que « la radiation de M. Ousmane Sonko, secrétaire général honoraire du syndicat des agents des impôts et des domaines du Sénégal, s’inscrit dans ce cadre. Il en est de même du blocage du compte du Cusems et des menaces de radiation brandies par le gouvernement du Sénégal lors de la grève des enseignants dont le seul tort a été d’exiger du gouvernement du Sénégal, le respect des accords signés avec les organisations syndicales, notamment le Cusems », avant d’enchaîner : « les demandes d’explication servies aux professeurs des lycées et collèges du Sénégal, les mises en demeure, les avertissements, les réquisitions, sont manifestement une violation du droit syndical, mais également une violation des franchises scolaires ». Toutefois, les enseignants regrettent le fait que les autorités n’ont pas mis à profit les vacances pour résoudre définitivement les problèmes de l’école sénégalaise. Selon le secrétaire général, Il y a une insuffisance dans la matérialisation des engagements souscrits. « Vous pouvez le constater avec nous, elles ont attendu la veille de l’ouverture des classes pour convoquer les syndicats».

Pour le Cusems, c’est une stratégie de communication. « Pour nous, l’école est une affaire sérieuse, c’est une affaire de la communauté », a dit M. Ndoye selon qui, l’apaisement du système éducatif sénégalais ne saurait être un simple slogan. Pour lui, le seul facteur d’apaisement qui vaille aujourd’hui, est le respect des accords signés. Il explique : «  Les enseignants sont les soldats du savoir, ils ne demandent pas l’impossible. Ce que nous demandons, c’est le respect des accords signés. Au moment où nous vous parlons, nous pouvons dire que c’est la déception totale dans la famille enseignante. C’est pourquoi, étant un syndicat d’alerte, nous allons alerter encore ». Il faut dire les enseignants demandent aux autorités de ce pays de respecter non seulement le droit des travailleurs, de respecter les enseignants, mais surtout de revaloriser et de réhabiliter la fonction enseignant. Ce, en appliquant le traitement équitable de tous les agents de la Fonction publique inscrits dans cette perspective. Car, nous dit le secrétaire général, les enseignants sont démotivés à cause des classes pléthoriques, des retards de salaire, mais aussi de la violation du droit de grève. Suffisant pour eux de dire : « il est important pour les autorités de ce pays de prendre toutes les dispositions nécessaires pour matérialiser les accords signés. Toutefois, ce rapport sera remis officiellement aujourd’hui : 23 septembre 2016 : au ministre de l’Intérieur avec une lettre de transmission, aux deux ministres de la Fonction publique. «  Nous osons espérer que nous serons entendus par le gouvernement qui prendra toutes les dispositions pour éviter des perturbations et la condition sine qua none est le respect encore une fois des accords signés », a-t-il conclu.

Khady Thiam COLY

Voir aussi

telechargement-5

OUVERTURE DES CLASSES La grande affluence à Yavuz Selim

Les classes ont officiellement ouvert à Yawuz Selim, ce lundi 26 septembre 2016. Malgré la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *