Pour une éducation de qualité Le Cosydep et Osiwa exigent le respect des accords signés

 

En conclave dans la banlieue,précisément à Guédiawaye pour diagnostiquer les problèmes qui gangrènent le secteur éducatif, le Cosydep et Osiwa exigent le respect des accords issus des assises nationales de l’Education nationale. Il faut rappeler que lors des assises qui avaient été tenues entre l’Etat et les acteurs de ce secteur, plusieurs points avaient été formulés, visant à obtenir une meilleure qualité de l’éducation qui connaît depuis un certains temps des perturbations.

Pour la représentante du Cosydep, « les assises nationales avaient eu lieu constituent une forte opportunité car ayant produit des recommandations consensuelles dont l’application reste attendue. L’installation des comités de suivi est nécessaire pour que les recommandations soient respectées. Le dispositif de suivi et de mise en śuvre restera donc suffisamment inclusif et participatif avec des comités à toutes les échelles, en vue de garantir le portage social des recommandations », a-t-elle dit avant de poursuivre. « l’Etat a injecté de grosses sommes d’argent pour assurer une éducation de qualité. Le Cosydep restera à côté des autorités pour les accompagner à dérouler des plans d’action pour l’amélioration du système éducatif sénégalais ».
Quant à Osiwa, elle mise sur les axes dégagés lors des assises. Il s’agit selon son représentant : « instruire, qualifier et socialiser pour instaurer une école sénégalaise de la réussite, introduire le code de l’éthique et de la déontologie mais aussi se basant sur le serment de l’enseignement pour des enseignants imbus de vertus et de conscience professionnelle, réformation dans la mode de recrutement des enseignants qui doivent avoir des niveaux de profil relevé, soit la baccalauréat pour le préscolaire et élémentaire et la maitrise ou le master pour le secondaire, instaurer un pacte de stabilité à travers des dialogues entre acteurs, faire la promotion de l’éducation non formelle avec l’intégration des langues nationales er religieuses, puis promouvoir la formation professionnelle, entre autres ».

Sada MBODJ

Voir aussi

UN PLAN ÉTABLI POUR ÉVACUER 4000 ÉLÈVES DES LOCALITÉS FRONTALIÈRES AVEC LA GAMBIE (IA)

Quatre mille élèves sénégalais de 48 établissements scolaires situés à moins de cinq kilomètres de …