Accueil / POLITIQUE / Pourquoi Niasse n’a pas signé la lettre de l’opposition à Sarkozy

Pourquoi Niasse n’a pas signé la lettre de l’opposition à Sarkozy

L’absence de la signature de Moustapha Niasse sur la lettre que le ‘Front siggil Sénégal’ a adressé au président français n’est nullement une volonté du leader de l’Afp de se débiner. C’est, en tout cas, le contenu de la déclaration que le parti de Moustapha Niasse a rendue publique, hier, pour clarifier les choses. Ainsi, les progressistes expliquent que ‘lors de la réunion des leaders du Front Siggil Sénégal du 20 juillet 2007, il a été décidé de préparer un projet de lettre de la Coalition adressée au Président Sarkozy. C’est tout juste, avant l’expédition de ladite lettre à son destinataire que la direction de l’Afp a été saisie par téléphone, pour la signer’.
Moustapha Niasse et ses camarades font donc remarquer que ‘le traitement urgent d’un tel dossier ne saurait justifier l’octroi d’un blanc-seing, qui mettrait sous le boisseau son pouvoir d’appréciation et son autonomie’. Par conséquent, précisent les progressistes, ‘toute interprétation tendancieuse, visant à faire croire que l’absence de la signature de l’Afp correspondrait à une position opaque, est sans fondement’.

L’Afp profite de l’occasion pour réaffirmer ‘solennellement’, son ancrage dans l’opposition démocratique, au sein de la ‘Coalition Alternative 2007’ et du Front Siggil Sénégal, ‘dans la continuité d’une option claire et sans équivoque prise dès 2001. Au stade actuel de dégradation avancée de l’économie nationale, dans le contexte d’un affairisme débordant, de paupérisation des populations et de régression démocratique, le devoir de résistance s’impose plus que jamais aux patriotes sénégalais’.


À voir aussi

Carte nationale d’identité : La validité prorogée jusqu’au 31 août 2018

Repoussée une énième fois par le Président de la République, la date d’expiration des anciennes …

GO : Un ministre, ça démissionne ou ça….

« Un ministre, ça démissionne ou ça ferme sa gueule ». Souvent citée, jamais entendue de vive …