ACTUALITE

PPP : Privé et Collectivités locales accordent leurs violons

  • Date: 3 octobre 2015

Le ministre Abdoulaye Diouf Sarr a procédé, hier, à l’installation officielle du Cadre de dialogue et de concertation pour l’amélioration des relations entre les collectivités locales et le secteur privé.

Les collectivités locales et le secteur privé sont deux acteurs essentiels de notre politique de Décentralisation, qui sont appelés à travailler ensemble, à collaborer notamment dans la mise en œuvre des programmes d’investissement locaux et dans la promotion du développement économique local, a d’emblée indiqué le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire.

Et Abdoulaye Diouf de rappeler que le président de la République, Macky Sall et son gouvernement sont résolument engagés à promouvoir le partenariat public-privé, à travers divers mécanismes.

La nouvelle loi sur les contrats de partenariat et le nouveau Code des marchés publics illustrent la volonté de l’Etat de renforcer le secteur privé local pour lui permettre de participer efficacement au développement des territoires, a-t-il souligné.

Mieux, ajoute-t-il, l’avènement de l’Acte 3 a suscité une nouvelle dynamique fondée sur la territorialisation des politiques publiques et la promotion de la dimension économique de la Décentralisation.

Une grande réforme qui, à son avis, a eu un impact sur les rapports entre les collectivités locales et le secteur privé. Par conséquent, poursuit le ministre Diouf Sarr, le cadre qui nous réunit n’est pas un artifice ou un instrument de plus mais une exigence de l’heure.

Ainsi, rappelle-t-il, depuis un certain temps, nous vivons des situations de heurts entre des collectivités locales et des membres du secteur privé. Non sans citer les divergences qui existent entre certaines communes et la Sonatel, entre certaines communes et des entreprises représentées à la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes) ou au Conseil national du patronat (Cnp), entre certaines communes et les Régies publicitaires.

«Elles nourrissent parfois l’actualité, alors même qu’elles peuvent être surmontées « sans tambours ni trompettes », si les acteurs le veulent», a-t-il constaté. Mais tout cela, pense-t-il, procède d’un manque de dialogue. Or, dira le ministre, les collectivités locales comme le secteur privé, bien qu’étant à différents niveaux, sont au service du développement de notre pays. A l’en croire, le développement du Sénégal n’est point le fait ou la mission d’un seul groupe, d’une seule corporation. «Il est et doit être le fait de tous. En conséquence, nos actions devraient converger pour l’atteinte de cet objectif commun», recommande-t-il.

«Le grand chantier de l’émergence du Sénégal donne à chacun une place et un rôle. Chaque partie prenante a intérêt à ce que l’autre subsiste, demeure et se développe. C’est tout l’intérêt qu’il y a de s’entendre, de travailler ensemble et de mutualiser nos moyens et nos ressources pour le développement économique de nos territoires et du pays de manière générale», serine-t-il.

Dans cette perspective, le ministre invite les collectivités locales et les membres du secteur privé à se rapprocher davantage pour mieux se connaître, car la connaissance abolit les incompréhensions.

Le ministre Abdoulaye Diouf Sarr est persuadé qu’en dialoguant plus, qu’en discutant davantage, les difficultés seront bien cernées et des solutions idoines seront proposées et mises en œuvre. Aussi promet-il d’accompagner cette dynamique de dialogue et de concertation, car notre mission est de clarifier et faciliter les relations qu’entretiennent les acteurs de la Décentralisation. Il a aussi exhorté les membres dudit cadre à mettre davantage l’accent sur les solutions qui permettront d’avancer vers des rapports plus confortables, plus apaisés entre les collectivités locales et le secteur privé, afin que chacun puisse tirer le meilleur profit et que les populations puissent voir leurs conditions de vie s’améliorer.

Fatou MBOW (Stagiaire)

Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15