ACTUALITE

Pr. Hamidou Dia : un « étranger » dans le Macky

  • Date: 1 décembre 2016

Avec une maladresse qu’on ne lui connait pas, le Professeur Hamidou Dia, fécond philosophe et fertile dialecticien, attaque Sidy Lamine Niasse pour son ouvrage, « un étranger parmi les siens ». Il passe par un aérien jeu de calembour autour d’identité et d’appartenance sans apporter une réplique sur certaines parties du livre qui le dérangeraient parce qu’on y critique Macky Sall.

Philosophe, il s’est, cette fois, éloigné de l’amour de la sagesse pour attaquer un homme d’esprit comme lui, un homme qui se montre plus utile pour la société que lui qui se vautre dans le labyrinthe d’un Macky où il s’accroche, en y étant étranger. La polémique pro domo n’a jamais été son affaire. Mais il est obligé de s’y mêler, étant « Conseilleur » du Roi.

Aucune confusion n’est faite entre identité et appartenance. C’est Hamidou Dia qui confond lui-même en ignorant que les paradigmes ataviques de Sidy Lamine Niasse sont les élémentaires identitaires de sa personnalité publique façonnée par son appartenance.

La maïeutique aurait pu aider le Philosophe Hamidou Dia à ne pas tomber dans une erreur d’analyse de concepts en ne critiquant un livre que par son titre. Mais il est du camp d’Epicure. Sidy Lamine Niasse est du camp de Descartes. Il dispose d’une méthode qui est loin de celle d’un épicurien chez qui c’est la sensation qui mène à la connaissance.

Si le philosophe du Macky voit en Sidy Lamine Niasse un intellectuel qui confond, c’est parce que lui pense en Occidental alors que l’auteur de « un étranger parmi les siens » cogite à partir de la gnoséologie et de la philosophie de l’action. Fils du Fouta, Hamidou  Dia est trop occidental. Mais Garaudy l’orienterait : « l’Occident est un accident » !

Certes, Hamidou Dia maitrise la philosophie de langage. Senghor et les écrivains de la Négritude y sont pour beaucoup. Mais c’était hier alors qu’on est aujourd’hui. Contrairement à lui, Sidy Lamine Niasse maitrise la philosophe de l’action.  Saisir le dénominateur commun du Mal politique national est l’acte qu’il a posé, un bel exemple à suivre. C’est mieux que, pour défendre un camp où on est étranger, de faire un clin d’œil au Prince et à ses Courtisans en tavelant le diadème de l’objectivité dont on jouissait.

Le Pr. Hamidou Dia n’est pas politicien. Or, le Macky dans lequel il est, est politicien. Il y est donc un étranger qui s’égare, comme il vient de la faire, contre Sidy Lamine Niasse qu’il dit être un « homme controversé ».  Mais il ne le disait pas quand Walfadjri l’installait sur ses plateaux où il parlait, parlait, parlait et parlait !

Domou rewmi

1 Comments

  1. Le PR MACKY SALLL ET SES GRANDS TRAVAUX: des Milliards jetés dans un Desert? Autoroute Diamniado – AIBD/ Trains Express Régional/ Pôle urbain de Diamniadio
    L’urbanisation est devenue, avec le changement climatique en cours, l’un des phenoménes sociaux récents dont l’évolution impacte le plus sur l’avenir des pays en voie de developpement.
    A l’instar des pays du Nord qui ont vécu cette mutation depuis plus d’un siécle, les pays africains sont en train d’expérimenter le douloureux passage d’une société rurale à une société urbaine; les gouvernants actuels, mal préparés à ce « saut qualitif vers le progrés », subissent les contrecoups d’une demande sociale exigeante en infrastructures, en équipements collectifs et en services sociaux de base (eau potable, électricité, transports, éducation, etc…): de plus en plus, les villes connaissent des manifestations parfois violentes ou, mieux, les autorités municipales ou étatiques sont débarquées lors des élections et, trés souvent, à leur grande surprise
    Au Sénegal, nous assistons à deux dynamiques qui laissent les urbanistes et Aménagistes dubitatifs sur la capacité de nos gouvernants à promouvoir un développment urbain harmonieux
    Concernant précisement le secteur spécial des infrastructures lourdes,nous avons assisté à deux options d’amenagement totalement opposés depuis 2001
    Tout le monde l’a constaté: avec l’arrivée au pouvoir de Me WADE en 2000, les Sénegalais ont vu surgir de terre des infrastructures de grand standing, à l’image de l’autoroute à péage, de l’aéroport AIBD ou encore des équipements collectifs de derniére géneration (tunnels, ponts à six étoiles, voiries urbaines modernes et assainies, Universités, grand Théatre, Chantiers de Thies, etc…)
    A postériori, nous pouvons dire que ces « grands travaux » repondaient à une exigeance sociale avérée avec les embouiteillages monstres vécus à l’époque ou encore la dégradation avancée de la voirie urbaine/interurbaine et la vétusté des équipements collectifs
    A l’analyse, et dans la pratique, nous pouvons dire que ces « travaux pharaoniques » constituaient une politique de rattrapage qui ont été bien accueillis par les Sénegalais du fait de l’impact de ces travaux sur le profil urbain de la capitale (et peu de citadins ont parlé de gaspillage à l’époque malgré les milliards engloutis de maniére peu transparente)
    A contrario, depuis que le President Macky Sall est aux commandes, nous assistons à un phénoméne « insolite » et nouveau dans le domaine de l’urbanisation
    Les « grands travaux » entamés par le President Sall ne correspondent pas à une demande sociale identifiée et, à moyen terme, n’auront pas d’impact sur le quotidien des citadins
    Ces  » grands chantiers de l’émergence » relevent plutôt de la volonté du Prince qui, sans nul doute, veut bien faire mais n’a consulté personne, contrairement à son predecesseur. Et, comme le dit l’adage »quand on decide toujours tout seul, on risque de se tromper lourdement tout seul »
    Prenons quelques exemples de ces « projets décalés » avant de tenter une reflexion globale sur quelques mesures correctives car les infrastructures lourdes, une fois ancrées dans le sol, sont irreversibles
    – Le Pôle Urbain de Diamniadio (80 milliards de fr Cfa): pour la premiere fois dans la riche histoire urbaine de la région de Dakar, nous assistons à la création d’une « ville virtuelle » sans lien physique avec les autres centres urbains mais, surtout, sans planification dans un PDU (Plan Directeur d’Urbanisme); rappelons seulement que Dakar est la plus belle ville d’Afrique de l’Ouest grâce aux cinq PDU qui ont jalonné son histoire depuis sa création en 1862.
    Aussi, la localisation du nouveau Pôle urbain pose un probléme fondamental: le site est « hostile » à une urbanisation de type moderne (urbanisation verticale moins bouffeuse d’espace) car ne pouvant supporter ni immeubles ni espaces verts du fait de la qualité argileuse du sol; ce qui préfigure également des difficultés pour l’amenéé de reseaux divers (eau, assainissement et voiries) mais aussi la plantation d’arbres ou d’espaces verts pour créer un micro climat dans cette zone de forte chaleur
    L’Autoroute Diamniadio -AIBD (120 Milliards de fr Cfa): une question s’impose: Quelle logique économique soustend la réalisation d’une autoroute aussi couteuse? Peut on construire une infrastructure d’environ quatre cent milliards qui ne servira qu’à desservir quelques centaines de voyageurs? Face à l’incrédulité des urbanistes et aménagistes, on a accollé à l’autoroute en cours une autre autoroute de prolongement jusqu’à Mbour; le cas échéant, il aurait été plus judicieux de redimensionner et éclairer la route de MBour existante et de réaliser des bretelles pour l’Aeroport et les autres villes environnantes afin de créer un maillage fort de la zone
    Le Train Express Régional Dakar AIBD: ( 400 Milliards de fr Cfa): Quelle logique économique soustend la réalisation d’une voie ferroviaire aussi couteuse?Peut on construire une infrastructure d’environ quatre cent milliards qui ne servira qu’à desservir quelques centaines de voyageurs? Ici, le plus inquiétant c’est, avec le coût financier important, l’impact social risque d’affecter des milliers d’habitations sur le tracé du Ter
    Nous pouvons également mettre dans ce lot « d’infrastructures du desert », l’Autoroute Thies- Diourbel…
    La particulité qui frappe celui qui traverse ces infrastrucutres et projets en cours est l’absence d’âme qui vive dans ces zones, de veritables deserts entourés de béton
    Certains brandiront l’argument classique de « l’utilité pour les génerations futures », il suffit rappeler qu’à chaque géneration ses priorités incompressibles et les priorités actuelles tournent autour de la formation professionnelle des millions de jeunes déseouvrés et découragés, la santé, l’éducation et le monde rural
    Pour les urbanistes, un concept opératoire simple permet de determiner la pertinence voire l’efficience d’une infrastructure lourde: le Bilan= Coût sur Avantage; c’est à l’issue de cette prospection qui prendra en compte tous les aspects du projet urbain que l’Autorité doit prendre sa décision. Cette méthode repose, au préalable, sur des études urbaines et statistiques et des recherches locales qui sont toujours necessaires pour une bonne prise de décision.
    Les projets susnommés ont ils été passés par ces filtres ou sont ils nés d’une volonté venue d’en haut?
    En conclusion, certaines mesures correctives peuvent être prises par le President Macky sall dont personne ne remet en cause sa détermination à faire du Sénegal un pays émergent.
    Dans le but de ne pas alourdir ce cri du coeur d’urbaniste, nous reviendrons dans une prochaine contribution sur certaines grandes mesures correctives qui peuvent faire de ces « grands travaux pour l’emergence » une politique comparable à la politique du « New deal » réalisée par le Président Roosevelt

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.

1 2 3 4 5

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15