Accueil / ACTUALITES / Pr Ismaila Madior Fall, Garde des sceaux « Aucun ministre de la Justice ne peut manipuler un juge du siège »

Pr Ismaila Madior Fall, Garde des sceaux « Aucun ministre de la Justice ne peut manipuler un juge du siège »

Le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, a fait face aux députés, hier, pour l’examen du budget de son ministère pour l’exercice 2018. Interpellé sur des questions qui le concerne, notamment sur l’indépendance de la justice, Ismaïla Madior Fall a rassuré qu’aucun ministre de la Justice ne peut influencer les magistrats du siège.

L’indépendance de la justice a toujours l’objet de discussion dans notre pays. D’aucuns pensent que notre justice fait l’objet de manipulation de la part des autorités étatiques. D’autres, en revanche, estiment que les juges ne subissent aucune influence. C’est le cas du Ministre de la Justice qui faisait face aux députés, hier, pour l’examen du budget de son département. Ismaïla Madior Fall, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a rassuré que le ministère de la Justice ne peut avoir aucun moyen d’influencer les magistrats du siège. « J’aimerais vous rassurer. Il ne faut pas donner trop de pouvoir au Ministre de la Justice. Par ailleurs, le ministère de la Justice ne peut avoir aucune influence juridique sur les magistrats du siège », a-t-il déclaré, hier, à l’Assemblée nationale. Pour apporter une réponse au député du groupe parlementaire des Libéraux, Mamadou Lamine Diallo, accusant le Sénégal de « dictature », le Garde des Sceaux a martelé qu’ « aucun ministre de la Justice ne peut manipuler un juge du siège (…).

Le budget a connu une hausse

N’utilisons pas des mots qui ne sont pas appropriés. Ne parlons pas de dictature dans un pays où il y a une respiration démocratique. Il y a des insuffisances, aucune démocratie n’est parfaite. Identifions les insuffisances, accordons-nous, construisons des consensus pour améliorer notre démocratie ». Toutefois, le Ministre de la Justice, professeur agrégé en Droit constitutionnel, a ajouté qu’il n’y a plus de dictature en Afrique au sens rigoureux du terme. Il faut dire que les interpellations des députés ont tourné autour de la suppression du ministère de la Justice, de la tenue des audiences foraines, de l’affaire du maire de Dakar Khalifa Sall, des infrastructures judiciaires et leur équipement, entre autres sujets d’actualité. S’agissant du budget du ministère de la Justice pour la gestion 2018, il connaît une augmentation de 2.996.323.780 de francs CFA, passant de 36.420.365.780 à 39.416.629.480 de francs CFA. Dans un document remis à la presse lors de l’examen du budget dudit ministère à l’Assemblée nationale, cette hausse est estimée en valeur absolue à 8,23%.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Procès de Khalifa Sall prévu aujourd’hui Les choses sérieuses vont commencer !

REWMI.COM Après deux renvois, à la demande de la défense, le procès de Khalifa Sall, …

GO : Ass Malick se trompe de date

On peut être indifférent au sort de l’APR  ou  de ses « soukhes » que sont l’AFP …