Accueil / POLITIQUE / PREMIERE SEMAINE DE CAMPAGNE Ils ne charment pas encore

PREMIERE SEMAINE DE CAMPAGNE Ils ne charment pas encore

L’électorat ne semble pas encore au bout de la première semaine de campagne électorale sous le charme d’aucun des quatorze candidats en lice. Si les challengers du président sortant, candidat à sa propre succession, ont en majorité, fait bloc au sein du Mouvement du 23 juin (M23) pour combattre sa candidature, ce dernier paraît se contenter pour tout thème de campagne de ses réalisations et de railler ses adversaires. Il promet à tours de bras certes. Les Sénégalais attendent encore réponses à leurs attentes, tandis qu’un certain occultisme parait s’emparer de la campagne avec ce qui passe pour des meurtres mystiques d’individus, généralement de pauvres hères sans défense.

La mayonnaise tarde à prendre. Ce n’est pas encore l’osmose entre les différents candidats à la magistrature suprême et l’électorat sénégalais qui reste encore sur sa faim, une semaine après l’ouverture de la campagne électorale. Les populations attendent encore de connaître les réponses à leurs attentes. L’opposition regroupée au sein du M23 à l’exception notoire d’un ou deux membres, ne parle peut-être à juste titre que de l’illégalité de la candidature du président Wade, candidature pourtant avalisée par le Conseil constitutionnel. Une position qui déteint sur une campagne qui ronronne pour l’heure et tarde à s’enflammer. Quelques rares candidats de l’opposition comme Amsatou Sow Sidibé, Khassimou Dia, Diouma Dieng Diakhaté, Mor Dieng et Doudou Ndoye tentent de respecter leur calendrier électoral. Quant au candidat des Forces alliées (Fal 2012), c’est un Abdoulaye Wade qui bat campagne avec en bandoulière, ses «multiples» réalisations et qui continue de défendre la légitimité de sa candidature pour un troisième mandat, tout en promettant monts et merveilles aux populations visitées. Il parait cependant être ménagé par son camp qui écourte les interventions et ses propres discours. Visiblement éreinté par l’étape de la Casamance, le Vieux a renoué en effet avec ses extinctions de voix, ont observé les reporters sur le terrain.

Macky Sall et Moustapha Niasse se démarquent-ils du M23 ?

Macky Sall de la coalition Macky2012, a-t-il été le premier à se démarquer du M23. Il semble prendre du recul et n’envoie que de seconds couteaux aux rassemblements du M23 depuis le premier regroupement de démarrage de campagne. N’ayant pas le fétichisme de lieux, dit-il, chacun peut dérouler le combat là où il se trouve. «Le seul adversaire que nous avons est le président de la République qui ne doit pas aller aux urnes», a-t-il déclaré sans pour autant trop convaincre ses pairs. Samedi dernier, Moustapha Niasse de la coalition Benno Siggil Senegaal a semblé lui emboité le pas en déroulant son propre programme et en s’absentant à la visite du M. 23 à Mboutou Pikine. La marche du mouvement prévue aujourd’hui lundi 13 février à Louga, dans le cadre de sa stratégie nationale de lutte contre la candidature du Président sortant, est annulée. Au même moment, un des membres du mouvement, en l’occurrence Macky Sall déroule, lui, sa campagne dans la région. On informe également de la de la volonté de Moustapha Niass de Bennoo Siggil Senegal, de faire de même.

Activités des candidats

Les candidats paraissent aller au petit bonheur la chance quant à leur programme d’activités. Aucun d’eux ne semble à mesure de dérouler un programme de campagne bien ficelé et respecté. Le combat contre la candidature du président Wade a-t-il pris le dessus sur tout au point de laisser les Sénégalais sur leur faim ? Me Wade lui, ne manque aucune occasion de railler son opposition, même s’il montre par là qu’il est loin d’être indifférent à ce qu’elle fait et dit..

Violence électorale et ésotérisme

La violence électorale n’est pas exorcisée pendant cette première semaine de campagne et tout semble indiquer que cela ira crescendo. Le cortège de Macky Sall a été caillassé à l’entrée de Sagata, tandis que la permanence du candidat de la coalition «Idy 4 président» a été attaquée. Des actes qu’ils mettent sur compte du Pds et de ses alliés. A Kolda comme à Kédougou, on compte les blessés au passage du candidat des Fal 2012. A ces affrontements souvent au sein d’un même camp, notamment celui des Fal 2012 et/ou entre les adversaires comme à Kolda samedi dernier, faut-il ajouter un certain mysticisme qui se serait emparé de la campagne avec ces curieuses morts d’enfants mutilés ou d’handicapés ? Après la mort de Maodo malick Pouye, un jeune garçon de sept ans retrouvé égorgé au cimetière de Soumbédioune,-un crime qui a ému et déconcerté les résidents de la rue 9 X corniche de la Médina et qui est considérée comme un sacrifice humain par l’oncle du jeune garçon,- un mendiant d’une quarantaine d’années a été retrouvé sans vie hier dimanche au petit matin derrière la gare routière de Ourossogui sur un terrain vague jouxtant un bâtiment en chantier. Là également, on parle de sacrifice humain. La campagne est-elle gagnée par l’occultisme ? On peut valablement se le demander avec ces morts qui commencent à faire désordre.

Avec Madior FALL

Sudonline

À voir aussi

Macky reçoit « ses » députés au Palais

Le chef de l’Etat reçoit les députés de la majorité présidentielle, notamment du Groupe parlementaire …

Tournée en Casamance: Le programme détaillé de Macky

Le président de la République entame demain jeudi et ce jusqu’au lundi 22 octobre prochain, …