ECONOMIE

PRÈS DE 500 000 PERSONNES EN INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE DANS 20 DÉPARTEMENTS DU PAYS (OFFICIEL)

  • Date : 9 août 2016

Au total 484 480 personnes réparties dans 20 départements du Sénégal sont en insécurité alimentaire, soit un taux d’environ 3%, a révélé, lundi à Ziguinchor (sud), le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire (CNSA), Ali Mohamed Séga Camara.

 « Ces 484 480 personnes sont réparties dans six régions (Tambacounda, Kédougou, Kolda, Matam, Sédhiou, Ziguinchor et un département (Podor) qui sont souvent marqués par cette situation d’insécurité alimentaire. La situation est connue. Le processus de maîtrise est en cours », a expliqué M. Camara.
Il prenait part à une rencontre de restitution de la cartographie des interventions sur la sécurité alimentaire. Présidée par l’adjoint au gouverneur chargé des affaires administratives, cette rencontre a réuni les préfets, les membres du Comité régional de sécurité alimentaire et des partenaires comme le PAM et l’Unicef.
« Au Sénégal nous n’avons pas une situation alarmante. Il n’y pas de famine dans le pays. Nous sommes très loin d’une situation de famine. Nous avons une situation d’insécurité alimentaire parce qu’il y a des ménages qui n’arrivent pas à assurer les trois repas quotidiens », s’est-il empressé de préciser.
Ces 484 480 personnes sont issues de 20 départements peuplés de plus de trois millions d’habitants, soit un taux d’insécurité alimentaire de 3%.

« Le taux d’insécurité alimentaire le plus élevé au Sénégal dans cette dernière décennie était de 7%. Un pays est déclaré en crise d’insécurité alimentaire lorsque 20 à 30% de ses ménages sont dans une situation d’insécurité alimentaire sévère », a poursuivi Ali Mohamed Séga Camara.

 Il a expliqué que ces ménages n’arrivent pas à respecter le niveau du kilo/calorie d’où cette nécessité de les appuyer par la prise de mesures de correction pour stabiliser la situation.

« Des efforts sont en train d’être faits pour éviter que notre pays sombre dans des spectres qu’ont connus d’autres pays. Un dispositif de veille et d’alerte est amené jusqu’au niveau déconcentré pour faciliter la remontée d’informations et la prise de décisions », a-t-il assuré.

 A Ziguinchor, le secrétaire exécutif du Conseil national de sécurité alimentaire a échangé avec les acteurs à la base sur la nouvelle cartographie mise en place par les pouvoirs publics en vue de faire une analyse d’impacts des interventions pour disposer d’une situation de référence qui permettra de savoir « où intervenir, avec quels moyens, quels acteurs et pour quelles cibles ».
Les Plus Populaires
Les plus commenté
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15