Accueil / Confidences / Le Président et les combats inutiles (Par Ahmed Khalifa Niasse)

Le Président et les combats inutiles (Par Ahmed Khalifa Niasse)

Bon nombre de personnes admiraient le Président Macky et lui reconnaissaient un certain nombre de qualités, y compris, même nous autres, qui sommes restés à quai. Cependant, il y a une sorte d’idéologie de va-t-en guerre absolue.

  • La liste des vingt cinq coupables et corvéables à la CREI
  • Les mesures préventives contre d’éventuels fuyards sous forme d’interdiction de quitter le territoire.
  • Les ennuis créés à Oumar Sarr, Ousmane Ngom ou Baldé qu’on empêche d’aller se soigner
  • Les petits chichis contre Ousmane Sonko

Sans compter le boycott de Moustapha Sy, voire une sorte de diabolisation. Pour taper, à nouveau, à Tivaouane sur Mansour Sy Djamil qui se rebiffe. En d’autres termes, il cogne, il cogne……Il ne fait que coincer !

En d’autres temps et sous d’autres cieux, on ne serait pas loin de la fable qui voudrait que le Roi excellât à couper les tètes des nouveau-nés de sexe masculin. Pour  empêcher son éventuel remplaçant de voir le jour. Si ce remplaçant est prévu par le destin pour 2019, il verra le jour tout de même. Peu importe, comme dans la légende, si c’est parce qu’on l’aura pris pour une fille. Ce remplacement se fera, de toute façon, à la prochaine Présidentielle après 2019.

Avez-vous songé, un moment, qu’en 2012, vous ne pouviez, préalablement,  pas réunir 10.000 (dix mille) signatures pour votre parrainage ? Car, en fait, si c’est pour assainir et rendre le nombre de candidats plus raisonnable, la solution est toute trouvée. Ce sont les quatre coalitions dont le nombre de partis membres serait de quatre vingt (80) à cent(100).
C’est déjà un parrainage par les partis.

Monsieur le Président, prenez-le pour dit : vous n’avez pas été parrainé mais vous avez été élu par défaut ! Une vague de « Tout sauf Wade » vous a profité.

Vous pouvez toujours réformer, mais pour cette réforme, vous ne pouvez pas être juge et partie. Remportez, d’abord, votre dernière élection, réformez ensuite pour que cela profite aux autres.

A Lomé, c’est comme si vous faisiez allusion à vous-même. Celui qui ne pouvait pas obtenir soixante mille (60.000) voix avant les élections, n’est autre que celui qui porte vos initiales. Et si votre prédécesseur avait mis la barre aussi haut ?
Savez-vous qu’un électeur sur trois décide dans l’isoloir ?

D’ailleurs, un parrain n’est pas forcément un électeur, mais un donneur de satisfécit. Il ne faut, donc, pas qu’il y ait confusion.

C’est un combat inutile, Monsieur le Président.

Le parrainage n’est ni un suffrage, ni une indication de vote car il se situe au niveau d’un satisfécit pour l’aptitude. A-t-on oublié que le vote est secret, contrairement au parrainage ?

Par ailleurs, si le double parrainage mène à la caducité des deux listes en question, cela devient un piège truffé d’agents provocateurs du pouvoir. Et cela suppose que le pouvoir lui-même puisse s’en prémunir.

Et si quelqu’un prouvait qu’il a parrainé, à la fois, votre candidature et celle de votre adversaire, seriez-vous, pour autant, inéligible ?

Si ce point de votre proposition de loi est maintenu, il s’agirait, alors, d’une loi loufoque. Parce que tous les candidats pourraient s’éliminer mutuellement. Ce qui nous empêcherait d’avoir un Président le 24 février 2019. D’où le côté dangereux et irréfléchi d’un « sac fourre-tout » dans lequel se trouve un serpent venimeux. Donc, dangereux, y compris pour son propre porteur.

Monsieur le Président et cher ami, ce n’est point usurpé parce que vous avez reçu en audience ma fille de sept ans, une réforme constitutionnelle est par définition, consensuelle. En tout cas, elle est supposée avoir été proposée en première lecture à la classe politique avant d’être soumise au vote des parlementaires. Sans quoi, elle se transforme en objet de mépris. C’est ce côté méprisant qui fait monter la température. Un autre combat inutile.

N’est-ce pas Senghor qui disait : «  Pour réussir dans la vie, il faut éviter les combats inutiles » ?

DrAHMED KHALIFA NIASSE

À voir aussi

Le ministre Amadou Ba: « Moi et Mbagnick… »

Le ministre de l’Economie et des Finances a tenu à magnifier ses relations entre lui …

Le trio du péril (Par Omar Thiongane Sarr)

Macky Sall nous a déçus – Niasse et Tanaor, les deux insatiables vieillards nous ont …