Accueil / POLITIQUE / PRESIDENTIELLE 2012 Babacar Ndao décrie les errements de Beenoo

PRESIDENTIELLE 2012 Babacar Ndao décrie les errements de Beenoo

Responsable libéral à Grand Yoff, le ministre Babacar Ndao est d’avis que les libéraux de son fief ont, non seulement, fumé le calumet de la paix, mais s’activent, tous les jours, à la réélection de Me Wade, au premier tour, en 2012. Au sujet de la gestion de la mairie de sa localité, il laisse entendre que les autorités municipales actuelles n’ont pas fait mieux que leurs prédécesseurs. «Benno a perdu sa position et, je suis certain que ses membres iront en ordre dispersé et cela ne peut que faire notre affaire», a-t-il clamé, hier, face à la presse.
«Je pense que la situation s’est beaucoup améliorée. D’abord entre libéraux, nous avons su taire toutes nos divergences et engagé un combat unitaire. J’ose vous affirmer que d’ici peu, vous aurez confirmation de cette réconciliation. On est très loin dans la procédure et je vous assure que vous n’entendrez plus parler de ces problèmes. L’autre aspect est le travail d’occupation du terrain politique pour mieux asseoir notre majorité. Il faut, en effet, signaler que même si à Grand Yoff, nous sommes dans l’opposition, les habitants de la localité éprouvent de la sympathie pour le Président de la République. Alors, notre souci doit être de faire un seul bloc, regrouper les militants dispersés de la localité et pouvoir travailler avec eux dans le contexte des élections», a déclaré Babacar Ndao. Le responsable libéral de faire savoir que cette cohésion ne sera possible que dans le cadre d’une politique de proximité qui permettra d’atteindre les cibles par le biais des conférences de sensibilisation pour imprégner les militants de la situation. «Cela va de même pour les femmes qui, dit-on, sont plus actives dans leur domaine et sont les premières à se présenter lors des rencontres. Ainsi, pourrons-nous maximiser parce que nous sommes plus de 6000 militants aguerris à Grand-Yoff», déclarera-t-il. Confiant, le ministre de révéler que la désolation de la population, déçue par l’actuelle équipe municipale, est tellement flagrante que les prochaines joutes électorales seront le moment d’un profond changement de décision. Aussi, signale-t-il que Benno a perdu sa position et ira en rangs dispersés. Ce qui ne peut que faire l’affaire des libéraux.

Se prononçant sur la candidature de Me Wade, Babacar Ndao dira: «nous n’avions aucun doute sur la recevabilité de la candidature du président Wade. Nous gérons un Etat et sommes bien conseillés, du point de vue juridique et politique. Nous ne posons aucun jalon léger ou tâtonné. Et, il nous serait impensable de compromettre toute la stratégie et les perspectives d’une coalition de partis au pouvoir, pour travailler sur des bases légères d’un point de vue constitutionnel. Nous travaillons à remporter les élections, haut la main». Pour finir, M. Ndao accusera l’opposition de s’attarder à d’insignifiantes questions événementielles, sans rapport avec la réalité politique, juridique et constitutionnelle. Aussi, trouve-t-il qu’elle a perdu beaucoup de temps par rapport au pouvoir et, raison pour laquelle, elle s’agrippe à cette question de validité de candidature. «La question unitaire qui divise l’opposition sera le socle de notre victoire», a-t-il dit en conclusion.

Sékou Dianko DIATTA


À voir aussi

Présidentielle 2019 Macky lance sa campagne électorale

Le Président de la République Macky Sall séjourne, du 19 au 20 février, dans les …

L’ éthique en politique face aux pressions du pouvoir- Tergiversations de Bamba Fall ou la difficulté d’être opposant

REWMI.COM- Au Sénégal, il est devenu très difficile d’être opposant. Cette posture est souvent perçue …