Accueil / POLITIQUE / Présidentielle 2019: Mame Adama Guèye renonce à sa candidature

Présidentielle 2019: Mame Adama Guèye renonce à sa candidature

Le patron du mouvement Senegal Bu Bess a listé les maux du régime de Macky Sall. En conférence de presse, Mame Adama Guèye se dit consterné par la situation du pays et les difficultés que vivent les citoyens qui n’espèrent pas de lendemains meilleurs avec ce système en place. Il a décidé de renoncer à sa candidature à la Présidentielle pour, dit-il, « se dévouer totalement à la réussite de cette initiative vitale pour notre démocratie et pour la sauvegarde de la paix sociale.

Mame Adama Gueye a peint un tableau sombre de la gestion de notre pays. L’avocat s’est désolé de la situation de nombreux Sénégalais qui, n’ayant pas profité d’une ascension sociale, ne comptent que sur les aléas d’une vie qui ne leur offre pas de lendemains meilleurs. « Les enfants sont à l’école sans vraiment y croire vraiment, ils voient toujours les enseignants qui oublient de parler de leur avenir, mais se contentent de querelles pendant l’année scolaire. Ils sont armés par une grève devenue une règle et une menace d’année blanche plane toujours sur leur tête», regrette Mame Adama Gueye qui indique que ces jeunes sont au coin des rues à boire du thé.

A l’en croire, ces jeunes vivent mal leur jeunesse et sont perdus quant à leur avenir. «Les jeunes des campagnes qui ne connaissent que des abris provisoires soutenus par des poteaux de bois, beaucoup ont quitté l’école pour venir en aide leur famille. Ils n’ont pas accès aux technologies et sont aux champs à attendre la pluie  pour semer des graines afin de faire face à la soudure», peste M. Guèye.

L’avocat se dit inquiet des jeunes découragés qui bravent l’Océan Atlantique en quête d’emploi. « Ils veulent chercher ailleurs que leur terre natale, ils sont morts dans les eaux froides de la Méditerranée », souligne le patron de Sénégal Bu Bess.

Il persiste et signe que : « Jamais, dans ce pays, nous n’avons vécu une telle situation politique». Et de renchérir: «Les femmes sont dans l’angoisse totale. Celles qui n’ont pas la chance d’aller à l’école sont soumises aux mariages précoces et assurent l’éducation de leur progéniture. Sans formation reconnue, elles gonflent les chiffres de l’exode rural pour exercer de petits métiers comme domestiques». Sur cette liste noire, il y ajoute les hommes qui ont du mal à prendre en charge leur famille. « Ces pères de famille n’espèrent plus grand-chose dans cette vie car n’ayant rien à offrir à leurs enfants », tonne-t-il.

Ce candidat à la Présidentielle s’est également penché sur les personnes âgées en retraite. « Ils n’ont pas une retraite paisible car ne recevant qu’une pension de 30 000 FCfa qui finissent dès les premiers jours du retrait. Malades, ils gardent leur dignité », se désole-t-il.

 

« Nous avons un système politique où le Président de la République  est omnipotent et instrumentalise nos institutions»

Sur la situation politique, il est d’avis que les Sénégalais ont placé leur confiance aux hommes politiques, mais aujourd’hui, leurs conditions de vie ne s’améliorent pas. «Ils ont renoncé à leur devoir de faire mieux vivre nos citoyens. C’est un système politique où le Président de la République est omnipotent et i instrumentalise nos institutions avec une méconnaissance de la séparation des pouvoirs. Il a annihilé toute possibilité du pouvoir législatif où les députés de la majorité sont du coté de la présidence et non du peuple. Ils ne se préoccupent guère des citoyens », se plaint l’avocat. Très en verve, il renseigne que la justice, le pouvoir judicaire, subit le même sort. « Du Président Abdou Diouf au président Abdoulaye Wade, les présidents de notre République auront usé et abusé des pouvoirs qui leur ont été confiés et fait « instrument du pouvoir judiciaire pour défendre leurs intérêts. Le Président Macky Sall aura été au summum de cette pratique qui ne peut rendre fier de notre système politique », dit-il. Ce qui justifie la traque sélective des « Biens mal acquis », obligeant les anciens ministres du Président Wade à rejoindre son camp politique s’ils veulent être dans l’impunité. « Le bannissement de Karim Wade au Qatar, dans des conditions opaques, et l’emprisonnement et la destitution du maire de Dakar, Khalifa Sall, en disent long », fait remarquer Mame Adama Guèye.

Fort de ce constat, le patron de Sénégal Bou Bess renonce à sa candidature. « J’ai décidé de me dévouer totalement à la réussite de cette initiative vitale pour notre démocratie et pour la sauvegarde de la paix sociale. Je suis prêt pour cela à faire le sacrifice de ma candidature à la prochaine présidentielle », déclare-t-il. Et de renchérir : «Si c’est le moyen de bénéficier de la confiance et de l’appui de toutes les parties prenantes dans cette démarche qui me parait indispensable pour sauver le processus électoral exposé à un attentat rampant savamment planifié par Macky Sall ». Il compte rendre visite à tous les candidats de la Présidentielle.

Ngoya NDIAYE

 

À voir aussi

Cena: La démission de Doudou Ndir réclamée

La Coalition Taxawu Sénégal hausse le ton pour exiger la démission du président de la …

Affaire Karim: l’arrêt de la Crei annulé

Le Comité des droits de l’homme des Nations Unies vient de décider qu’ une procédure …