INTERNATIONAL

Présidentielle : Emmanuel Macron en marche !

  • Date: 16 novembre 2016

La symbolique était forte : Emmanuel Macron avait choisi un centre d’apprentissage de banlieue pour annoncer sa candidature ce mercredi matin. Un cadre nouveau pour une candidature qui se veut en dehors du système actuel.

Un « système politique bloqué », « les logiques politiciennes » qui « paralysent », « les corporatismes », « les mêmes visages », « les mêmes hommes »… pendant de longues minutes, Emmanuel Macron a fustigé un système qu’il connaît bien.

« J’ai vu de l’intérieur la vacuité de notre système politique. J’ai pu mesurer ce qu’il en coûte de refuser les règles claniques (…) Ce système, je le refuse » a-t-il déclaré. Avant d’annoncer : « Je suis candidat à la présidence de la République parce que je crois plus que tout que nous pouvons réussir, que la France peut réussir ».

Et d’ajouter : « Bien sûr, on ne se réveille pas un matin avec cette révélation, la décision de me présenter aux plus hautes charges de la République est le fruit d’une conviction intime et profonde, d’un sens de l’histoire et d’une conscience aiguë des temps qui sont les nôtres (…) Je veux faire entrer la France dans le 21e siècle, je veux que mon pays redresse la tête et pour cela retrouver le fil de notre histoire millénaire. »

À ce jour, l’ancien banquier de 38 ans est au mieux crédité d’environ 14% des suffrages au premier tour de la présidentielle. Mais ses proches égrènent les chiffres : près de 100.000 adhérents structurés en plus de 1.700 comités locaux, plus de 2,7 millions d’euros de dons, une cinquantaine de parlementaires conquis…

Une candidature qui dérange

A gauche comme à droite, cette candidature est donc accueillie plutôt froidement. « L’enjeu (pour 2017), c’est le rassemblement, c’est la cohésion », la gauche ne pouvant pas être au « rendez-vous » de la présidentielle « si elle n’est pas rassemblée », a prévenu le président de la République François Hollande, qui doit dire d’ici un mois s’il brigue un nouveau mandat en dépit de ses mauvais sondages.

« C’est très embêtant », a de son côté constaté le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, mettant en garde contre le risque d’élimination de la gauche dès le premier tour si elle part fragmentée à la présidentielle.
À droite, le favori de la primaire Alain Juppé a invité à « ne pas être naïf » face à un candidat qui se présente en « chevalier blanc » alors qu’il « a totalement cautionné la politique économique menée depuis 2012 ».

Après ce saut dans l’inconnu, le plus dur reste encore à faire pour l’ex-ministre. Parviendra-t-il à conquérir un espace politique ? À réunir ses parrainages ? À convaincre les parlementaires PS de le suivre malgré les menaces d’exclusion de leur parti ?

M6Info

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15