Accueil / ECONOMIE / PRESIDENTIELLE ET PROGRAMME DE L’ECONOMIE La réflexion engagée pour conscientiser les candidats

PRESIDENTIELLE ET PROGRAMME DE L’ECONOMIE La réflexion engagée pour conscientiser les candidats

Les candidats à l’élection présidentielle du 26 Février prochain, ont-ils intégré la question de l’économie dans leur programme? Le patronat, se l’est demandé, hier, lors d’un petit déjeuner d’affaire qui a réuni la classe politique et des acteurs du secteur. Le débat qui a été exhaustif fait s’accorder sur la certitude que les candidats n’ont pas intégré cet aspect clé dans leur programme, préférant se battre autour de personnalité.
Pour cette cinquième session des petits déjeuners d’affaire du Mouvement des Entreprises du Sénégal, la position de l’économie dans le programme des candidats, était au menu. Cette réflexion structurée autour d’un parterre d’intelligences intellectuelles du pays, est cependant, partagée entre plusieurs avis.

Ce programme, initié par le mouvement patronal, dirigé par le Président Mbagnick Diop, du Mouvement des Entreprises du Sénégal (MEDS), est un concept où tout un chacun peut apporter sa pierre à l’édifice.

Pour Mbagnick Diop, c’est dans le but d’apporter des réponses aux défis qui assaillent le peuple, que le Meds veut inviter les candidats à s’intéresser davantage aux questions économiques.

De l’avis de Mohamed Joseph Henry Sarr, ancien Directeur de l’Agence de Presse Sénégalaise et conférencier du jour, le paradoxe partagé en Afrique, est que le débat est plus centré sur la personne que sur l’occupation économique. Il est même d’avis que, côté sénégalais, il y a peu de chance que d’ici au scrutin, l’économie et l’entreprise viennent au centre des préoccupations des candidats.

Pour le ministre en charge des affaires religieuses, Bamba Ndiaye, qui prenait aussi part à cette rencontre, la presse est aussi responsable de la non prise en compte de la question de l’économie dans le programme des candidats. En effet, ce dernier est d’avis, que les médias passent généralement à côté du débat, préférant parler de la personne.

Ce discours n’est cependant pas partagé par tous. Ce qui a d’ailleurs fait dire à Abdou Aziz Diop de l’opposition, porte-parole du M23, que tous les candidats, qui ont pris part à l’adoption de la charte des assises nationales, ne peuvent esquiver l’entreprise dans leur programme, et l’économie dans leur gestion.

Pour Me Massokhna Kane et Ameth Soumaré du Centre Africain de la Nouvelle Technologie, même si des candidats déclinent un programme économique, dans leur discours, cela reste du marketing politique. C’est dans ce sens que le patronat a été ainsi interpellé, dans son rôle de veille économique. Selon Massokhna Kane, les candidats doivent être interpellés puisque «qui tient l’économie tient le pouvoir».

Mamadou DIOUF


À voir aussi

Monnaie unique Cedeao 4 chefs d’Etats à Accra pour accélérer le processus

Accra, la capitale ghanéenne, accueillera ce 21 février 2018 une importante rencontre où prendront part …

Fonction publique sénégalaise Une hausse de 5,3 milliards FCFA de la masse salariale en décembre 2017

La masse salariale de la Fonction publique sénégalaise a connu une augmentation de 5,3 milliards …