Accueil / CULTURE / Prestation des artistes et comédiens à Kaolack : Le festival du rire ne fait pas rire

Prestation des artistes et comédiens à Kaolack : Le festival du rire ne fait pas rire

Le festival du théâtre et du rire a réuni, du 27 au 29 avril, comédiens et hommes de théâtre sénégalais dans la capitale du Saloum. Après cinq années d’existence, l’évènement a du mal à se débarrasser de ses tares : défaut d’organisation, improvisation, etc. Devenu plus exigeant, le public n’a plus le rire aussi facile.

Source: Walfadjri
Démarré tardivement, le cinquième festival du théâtre et du rire a traîné de grosses lacunes dans son déroulement.

L’organisation de cette cinquième édition a été passable. Le timing mal géré. Les spectacles ont été bâclés, mal ficelés et surtout manquent sérieusement d’originalité. La créativité a déserté les planches. Sur ce dernier point, le théâtre amateur a du mal à trouver ses marques. Presque tous les spectacles ont laissé un goût de déjà vu, déjà entendu.

Durant les deux premiers jours (le vendredi 27 et le samedi 28 avril), les représentations ont servi des recettes éculées, qui ne font plus rire. Le problème, c’est que les comédiens ne semblaient pas s’en rendre compte… A force de trop chercher le truc marrant pour déclencher l’hilarité, ils ont compilé les banalités.

Scènes de prières trafiquées, manières d’homosexuels audacieux, arrivée (imprévue) du cousin rural et ringard, querelles de ménage polygame pullulent dans les pièces. En somme, rien de nouveau sous le ciel du Saloum. Le spectateur qui a payé pour rire, est resté sur sa faim. Le public avait du mal à cacher sa lassitude.

Et visiblement, certains comédiens habitués du festival et des comédies pas drôles ont le don d’agacer. Il suffit que le maître de cérémonie, Pape Faye, annonce certains noms pour que le public affiche une mine découragée. Malick Ndiaye ‘Fara thial thial’ est de cette catégorie. Ses tableaux sont (trop) prévisibles : Cris, pleurs etc. ‘Ils ne proposent rien d’intéressant’, résume une jeune spectatrice.

Côté contenu, le festival du rire se cherche encore. Les spectacles proposés sont en décalage de plusieurs années. Les spectateurs avaient le choix entre les trames sans relief, les blagues primaires, ou les gags d’adolescents timides. Après deux jours de spectacles trop ordinaires, les Kaolackois n’avaient encore rien trouvé à se mettre sous les dents. Conséquence : le rire brun est un fait très rare sur les mines.

La mauvaise organisation n’a pas arrangé les choses. Les pièces proposées semblent montées de toutes pièces dans les coulisses ou, au plus tard, la veille du spectacle. ‘On a laissé tomber la pièce qu’on a répétée, parce qu’elle était trop longue. On ne nous a pas permis de la jouer, on a donc improvisé quelque chose’, explique une jeune comédienne venue de Dakar.

Ce ‘quelque chose’ rebaptisé ‘Soutien’ pour l’occasion a été une grosse farce difficile à avaler.

Quelques rares prestations sont sorties du lot. Forte de son expérience, la troupe Zenith’Art a proposé une pièce qui a réconcilié, un moment, avec le quatrième art. Mais son écho est resté limité dans les travées de l’Alliance à cause du français. Les artistes de Thiés : Serigne Ngagne, Cheikh Seck, Modou ‘Pouss Pouss’ et consorts ont certes plu. Mais ils se sont plus servis de leur notoriété sur le petit écran que leur talent de comédiens sur scène. La troupe Kocc Barma de Rufisque, adepte du théâtre forum, s’est inscrite dans un style pédagogique qui n’a pas accroché l’audience.

Cette cinquième édition du festival du Théâtre et du rire a battu des records de participation. Elle a accueilli des hordes de comédiens et d’amuseurs publics venus de plusieurs régions du pays. La population de Kaolack a montré le même élan. La salle de spectacle de l’Alliance française était pleine chaque soir. Malgré le mois creux et le billet à 1 000 francs. Seul hic : il fallait supporter des ratages en série qui pouvaient finir très tard dans la soirée.


À voir aussi

Décès de Lilyan Kesteloot, spécialiste des littératures négo-africaines contemporaines

L’universitaire et chercheuse belge Lilyan Kesteloot, spécialiste des littératures négro-africaines francophones, est décédé mercredi à …

Thione Seck s’épanche- Les Faux billets, Modou Kara, Youssou Ndour – Le lead vocal du Raam daan dit tout

Absent de la scène musique depuis quelques temps, Thione Seck compte signer son retour avec …