jean_felix_paganon_0_0

Prétendue mise en garde de la France à ses ressortissants au Sénégal à cause des menaces terroristes : PUR INTOX

(SenePlus.Com, Dakar) – Depuis l’attaque terroriste de Ouagadougou au Burkina Faso, des informations font état de l’imminence d’actes similaires à Dakar (Sénégal) et à Abidjan (Côte d’Ivoire). Et que pour les protéger la France aurait demandé à ses ressortissants dans ces pays d’éviter les endroits où d’habitude se ressemblent les Occidentaux comme les hôtels, certains restaurants et plages. Ce n’est que l’intox si l’on se fie aux récents messages aux Français de Dakar consultés par SenePlus.

Le dernier, envoyé par l’ambassade de France hier, vendredi 22 janvier, dit : « Se multiplient ces derniers jours des échos alarmants dans la presse, prétendument d’origine française. Nous vous rappelons que seuls les sites officiels de l’ambassade et du ministère des Affaires étrangères et du Développement international font foi. En cas de doute, n’hésitez pas à les consulter. Les règles de bon sens, rappelées dans les vœux de l’ambassadeur, mercredi dernier, restent de mise. »

Dans le message en question, le chef de la représentation française dans la capitale sénégalaise, Jean-Félix Paganon, ne disait pas autre chose. Il a d’abord situé le contexte : « L’année 2016 a malheureusement commencé dans la continuité des épreuves que nous avons traversées en 2015. Je pense bien sûr aux attentats qui ont endeuillé la capitale burkinabé, Ouagadougou, il y a quelques jours. Cette attaque tragique nous confronte une nouvelle fois à la réalité d’une menace terroriste globale qui n’épargne pas l’Afrique et touche les voisins du Sénégal. »

Ensuite, il s’est voulu rassurant : « L’ambassade de France au Sénégal et l’ensemble de ses services sont pleinement mobilisés pour assurer la protection de la communauté française et nous continuons de travailler avec les autorités sénégalaises au renforcement de notre coopération en matière de sécurité et de lutte anti-terroriste. »

Enfin, elle a appellé une nouvelle fois à la prudence : « Ces évènements résonnent et appellent à notre responsabilité individuelle et collective. Il ne s’agit pas de vivre dans l’inquiétude permanente, de penser que nous ne pouvons plus sortir de chez nous, mais d’être conscients d’un risque qui nous contraint inévitablement à la prudence. »

Donc si les autorités françaises n’ignorent pas la volatilité du contexte, avec notamment les attaquesde Bamako et de Ouaga, elles ne sont pas allées jusqu’à fixer des sens interdits à leurs ressortissants résidant à Dakar.

Voir aussi

telechargement-2

FINANCEMENTS DES FEMMES DE L’ÉMERGENCE L’Assemblée nationale adoube Moustapha Diop

  La démarche charrie beaucoup de commentaires de la part de ceux qui y voient …