traitement_bank_client_0

PRÊTS BANCAIRES : L’ACSIF veut un délai de rétractation et de grace aux clients

L’Association des clients et sociétaires des institutions financières (ACSIF) a invité , les autorités sénégalaises, à mettre en place une série de lois et de conventions, pour que les usagers des banques puissent disposer d’un délai de rétraction et de grâce lorsque qu’ils contractent des prêts bancaires. S’exprimant lors d’une conférence de presse, le président de l’ACSIF, Famara Ibrahima Cissé, a demandé  à ce que des décisions et des lois soient prises au plus haut sommet de l’Etat pour la mise en place d’une convention de prêt . »La loi sur les délais de rétraction doit être votée à l’Assemblée nationale. Si elle est votée, cela permettra au client d’avoir un temps de réflexion, un temps pour se rétracter, si les conditions imposées par la banque ne lui conviennent pas », a-t-il expliqué, soulignant qu’elle doit être fixée entre une et deux semaines comme dans les autres pays.Famara Ibrahima Cissé estime également qu’une loi sur le délai de grâce devrait être mise en place, afin de permettre à l’usager de banques  de bénéficier d’un délai, pour qu’il ne soit pas acculé à rembourser son prêt. »La rémission peut être ramenée à deux ans en cas de nécessité , a-t-il ajouté.Entre autres lois, l’ACSIF invite les députés à adopter une loi sur la prime d’assurance.’’Il faut que cette prime soit versée au client chaque année lorsqu’il a fini de payer son prêt’’, a exhorté le vice président de l’Association Abdou Diouf. Selon lui, les autorités sénégalaises doivent mettre en place une commission de veille chargée de suivre le déroulement des paiements des prêts des clients, afin de trouver des solutions en cas de difficulté entre l’usager et sa banque. « Les attestations d’engagement et de non engagement étaient gratuites autrefois, mais très vite elles sont passées de 20 000 francs CFA à plus de 50 000 F CFA, aujourd’hui », a-t-il regretté. Sur ce point, poursuit-il, les travailleurs qui émettent le vœu de quitter certaines banques, se voient obligés de payer la somme de 175 500 FCFA pour pouvoir partir. »Cette mesure, qui prend en otage les clients, si elle n’est pas arrêtée, va se généraliser dans toutes les banques, a-t-il alerté. L’ACSIF est une association qui se bat pour défendre les intérêts des usagers de banques qui, selon elle, sont victimes d’’arnaque’’association lutte aussi pour qu’aucun client ne perde plus ses biens ni ne soit plus endetté, à cause de procédés déloyaux. Elle lutte pour que les usagers de banques ne courent plus derrière leur caution, après qu’ils ont payé leur prêt et pour qu’aucun client de banque ne paie de pénalités (10%) après un paiement par anticipation sur le délai signé avec la banque.

Avec Aps

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …