Accueil / Education / PRÉVENTION DES RISQUES EXTRÊMES LIÉS AUX CATASTROPHES NATURELLES Le CIMPA forme une cinquantaine d’étudiants à l’UGB

PRÉVENTION DES RISQUES EXTRÊMES LIÉS AUX CATASTROPHES NATURELLES Le CIMPA forme une cinquantaine d’étudiants à l’UGB

 L’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis abrite du 05 au 15 avril 2016 une école de recherche du Centre International de Mathématiques Pures et Appliquées (CIMPA) sur la thématique « Méthodes statistiques pour l’évaluation des risques extrêmes : Applications à l’Environnement, l’Alimentation et l’Assurance ». Cette rencontre internationale dont la cérémonie officielle a eu lieu, hier,  a pour objectif de former les étudiants en Master et Doctorat aux méthodes de prévention des risques dits extrêmes liés à certains phénomènes naturels.

En marge cette cérémonie d’ouverture, le président du Comité d’organisation a fait savoir que cette rencontre scientifique est organisée par les universités Gaston Berger de Saint-Louis (Ugb), de l’Ile en France et l’INRIA un institut  français pour former les étudiants en Master et Doctorat sur des questions d’actualité liées aux risques dit extrêmes. Selon Aliou Diop, il y a des phénomènes qui nous arrivent tels que les inondations, les plus diluviennes, les typhons, les ouragans et d’autres phénomènes rares. Ce sont ces phénomènes, a-t-il souligné, qu’il faudra prévenir et c’est la raison pour laquelle l’école de recherche est organisée à Saint-Louis. Pour faire de la prévention, ajoute M. Diop, il faut savoir utiliser des méthodes statistiques pour évaluer ces risques. L’objectif de l’école est donc de former les étudiants à l’utilisation de ces méthodes statistiques pour évaluer ces risques extrêmes. Par ailleurs, Aliou Diop a fait savoir que ces données nécessaires à l’évaluation des risques n’existent pas souvent ou ne sont pas fiables quand elles existent. Pour remédier à cela, il y a donc un travail important à faire pour pouvoir récolter les bonnes données et prendre les bonnes décisions car la statistique sert en vérité à prendre des décisions et surtout de bonnes décisions.

Sophie Dabo Niang, Pr des universités à l’Université de Lille, initiatrice de l’organisation de l’école Sympa à l’UGB, a, de son côté, expliqué que le choix de l’Ugb n’a pas posé de problème car elle a déjà une bonne expérience de l’organisation de cette rencontre qui a été préparée pendant deux ans. Plus de 50 participants venus d’Afrique du Nord, d’Afrique centrale et de l’Ouest composés d’enseignants-chercheurs et praticiens non spécialistes souhaitant orienter leurs recherches vers le domaine de l’évaluation des risques extrêmes et leurs applications ont pris part  à cette rencontre aux côtés d’étudiants des Universités de Saint-Louis, de Ziguinchor et Bambey.

Mame Dièye (Correspondant à Saint-Louis)

À voir aussi

Programme Ifadem de l’Ifef : Lancement d’une deuxième phase de formation de 1 500 enseignants

Le Soleil- Le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a lancé, hier, la phase …

Validation de la lettre de politique sectorielle de l’enseignement supérieur, lundi

Le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation organise, lundi à partir …