Accueil / ACTUALITES / PREVENU POUR LES DELITS D’INCENDIE VOLONTAIRE ET D’ASSOCIATION DE MALFAITEURS Thiernio Bocoum de Rewmi fixé sur son sort aujourd’hui

PREVENU POUR LES DELITS D’INCENDIE VOLONTAIRE ET D’ASSOCIATION DE MALFAITEURS Thiernio Bocoum de Rewmi fixé sur son sort aujourd’hui

Prévenu pour avoir, avec d’autres militants de Rewmi, incendié deux salles de classes au lycée des Parcelles Assainies, Thierno Bocoum, leader des jeunes dudit parti, a comparu à la barre du tribunal des flagrants délits. Il va recouvrer la liberté, si le tribunal, dans son délibéré, en réfère au parquet qui affirme ne pas détenir suffisamment de preuves.

Thierno Bocoum, leader de la jeunesse rewmiste, sera fixé sur son sort, aujourd’hui. Il a comparu hier, avec ses compagnons, pour les délits d’associations de malfaiteurs et d’incendie volontaire. Mais, si le tribunal suit le réquisitoire du parquet, qui dit n’avoir pas assez de preuves pour entrer en voie de condamnation, M. Bocoum pourrait retrouver les siens, après le délibéré. En prison depuis plus de deux semaines, son procès était, hier, marqué par la présence d’Idrissa Seck, leader de son parti et tous les membres du directoire de campagne. Les faits remontent au 31 janvier. Ils étaient accusés d‘avoir mis le feu à deux salles de classe du lycée des Parcelles Assainies, sis à la Cité Fadia. Les élèves qui étaient en grève, ce jour-là, ont alerté le proviseur qu’un incendie s’était déclenché dans deux salles, au premier étage, avant de se dépêcher pour l’éteindre. La police de Golf Sud a constaté, sur les lieux, deux bouteilles de 250 ml vides qui sentaient l’essence. Devant le Tribunal, le principal témoin a soutenu que le jour des faits, vers 11h, quatre individus sont descendus d’une Mercedes. Deux d’entre eux ont sorti une bouteille de 10 litres, apparemment, remplies d’essence, avant que l’un n’escalade le mur du lycée. Ce témoignage a été battu en brèche par les quatre prévenus. Le prévenu Badara Gadiaga, propriétaire de la Mercedes, a déclaré : « j’allais à Guédiawaye, quand ma voiture s’est embourbée, à hauteur du mur du lycée. C’est en cherchant une solution que j’ai vu Boubacar Samb, un frère de parti courir vers moi. J’ai couru moi aussi. Je ne savais pas ce qui se passait en réalité ». Gadiaga a, en outre, souligné avoir appelé, Thierno Bocoum pour l’aviser qu’il sera en retard à la manifestation de la place de l’obélisque, sa voiture ayant disparu du lieu où elle s’était embourbée. Tous les quatre ont été interpellés, alors qu’en compagnie de Samb et Gadiaga, ils allaient faire une déclaration à la police. « Je n’ai pas vu Samb, ni Gadiaga, ce jour là. Je préparais la participation de notre coalition à la place de l’Obélisque. C’est en l’accompagnant que j’ai été interpellé, en même temps que Mouhamadou Touré », a expliqué Thierno Bocoum qui réfute avoir donné un tel ordre, conformément, aux directives de leur leader, Idrissa Seck. Dans son réquisitoire, le procureur a estimé que les faits sont constants, Samb et Gadiaga étant, bel et bien, présents sur les lieux, ce jour-là. Il a requis deux ans ferme, contre eux. Ils seront fixés sur leur sort, aujourd’hui.

Fanta DIALLO (Stagiaire)

À voir aussi

Fin du procès Khalifa Sall: les parties saluent une procédure équilibrée

Rfi.frAprès cinq semaines d’audiences, le procès de Khalifa Sall s’est terminé ce vendredi 23 février …

Au dernier jour de procès, «Khalifa Sall doit être condamné», pour le parquet

Ce vendredi 23 février est normalement le dernier jour du procès de Khalifa Sall. Le …