images (1)

Prise d’otage de 10 exploitants forestiers par le Mfdc- Un autre pied de nez de Salif Sadio à l’Etat

De tous les chefs de guerre du maquis casamançais, Salif Sadio est, sans conteste, celui qui a le plus, posé d’actes subversifs à l’endroit des pouvoirs publics sénégalais. Et, vu son palmarès, ponctué de victoires facilement conquises sous le nez et la barbe de nos autorités, il est fort à parier que la prise d’otage de 10 exploitants forestiers qu’il vient de réaliser, ne sera pas son dernier geste de bravade contre Dakar. Car, avec le temps, l’énigmatique chef d’Atika a appris à manipuler tout son monde, des hommes politiques aux membres de la société civile, en passant par les cadres casamançais… S’il ne fait pas chanter les différents protagonistes de la crise qui sévit dans le Sud du pays, depuis plus de 30 ans, il agite le spectre d’une guerre totale aux conséquences incalculables. Salif Sadio est même allé jusqu’à mettre en scène sa propre mort, faisant tomber dans le panneau des journalistes, des médiateurs et même des éléments des services de renseignement pourtant censés plus aptes à se prononcer sur la véracité des informations provenant du front. A la fois, maitre chanteur et psychopathe sanguinaire, ce boutefeu seigneur de guerre a, dans le passé, tué beaucoup de Sénégalais (civils et militaires) et a largement contribué à faire souffrir les populations de la Casamance.  C’est pourquoi d’ailleurs, lorsque l’actuel président de République l’a reçu au Palais, en janvier 2013, des voix se sont élevées, jusque dans les rangs de l’armée nationale, pour dénoncer une prime à l’impunité. D’ailleurs, l’attitude de Macky Sall était d’autant plus incompréhensible qu’il venait de lever le mandat d’arrêt international qui pesait sur la tête de ce pitoyable bandit, depuis le magistère du président Wade. Qui plus est, Salif Sadio, réhabilité et porté en triomphe, avec une imprudence déconcertante, a été interviewé par les médias d’Etat. Et, le plus fièrement du monde, il s’est même permis d’insulter le prédécesseur de Macky Sall ! Aujourd’hui, il poursuit sa trajectoire marquée par des frasques et des défis à l’Etat, tout en continuant à réclamer l’indépendance de la «Verte Casamance» dont parlait l’abbé Diamacoune Senghor, son défunt mentor.

Pour revenir sur le kidnapping perpétré par les hommes de Salif Sadio, nous disons que la faute incombe entièrement à l’Etat qui a été, à la fois, laxiste et naïf envers lui. (…)

L’occasion est belle pour le président Macky Sall et nos vaillantes forces armées, de restaurer l’image et la crédibilité de l’Etat du Sénégal, sérieusement malmenées par un forcené nommé Salif Sadio.

Serigne Saliou SAMB

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …