Accueil / Education / Privatisation de l’éducation : Des acteurs des pays francophones à Dakar pour trouver des réponses collectives

Privatisation de l’éducation : Des acteurs des pays francophones à Dakar pour trouver des réponses collectives

Le Soleil- Du 23 au 26 octobre, est prévue à Dakar, à l’Institut de la francophonie pour l’éducation et la formation (Ifef), une Conférence internationale sur la privatisation et la marchandisation de l’éducation. Initiée par plusieurs coalitions d’organisations de la société civile de pays francophones, cette rencontre verra la participation de centaines de délégués venant d’une vingtaine de pays francophones. Ainsi faisant le constant alarmant de la rapide croissance des acteurs privés dans l’éducation, ils tenteront d’apporter des réponses propres à préserver le droit de l’éducation gratuite et de qualité dans tous les pays. Un des membres des coalitions qui organisent cette conférence, la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) espère, avec la présence de centaines de délégués, et aussi la tenue d’ateliers thématiques, que la rencontre pourra être le point de départ d’une grande mobilisation sur cette question. D’ailleurs une mobilisation avait fait suite à l’appel de la société civile francophone contre la marchandisation de l’éducation en novembre 2016. Elle avait réuni les signatures de plus de 300 organisations. « L’implication des acteurs privés dans le secteur de l’éducation et la marchandisation de celle-ci à des fins lucratives ont été questionnées par un réseau d’organisations de la société civile, plusieurs déclarations de l’Onu et les travaux du Rapporteur spécial de l’Onu sur le droit à l’éducation. L’impact de cette tendance en termes de qualité de l’éducation, de discrimination, d’inégalités sociales en fait un enjeu majeur pour les défenseurs du droit à l’éducation », disent les organisations. Il est ainsi prévu lors de cette rencontre des exposés théoriques et issus du travail de terrain. La rencontre, selon toujours les organisateurs, visera aussi à trouver des réponses collectives, porteuses de sens et d’innovation face à la marchandisation de l’éducation. La réunion sera également l’occasion pour les acteurs francophones de commenter et d’exprimer leurs opinions sur les principes directeurs relatifs aux obligations des Etats vis-à-vis des écoles privés, qui sont en cours d’élaboration.

Oumar NDIAYE

À voir aussi

Saint-Louis : des étudiants de la faculté de lettres formés sur la maitrise du système d’information géographique

Des étudiants de la faculté des Lettres de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis ont …

De « nouvelles orientations majeures » de l’Anpectp pour 2017-2018

L’Agence nationale de la petite enfance et de la Case des tout-petits (ANPECTP) annonce avoir …