Accueil / ACTUALITES / PROBLEMATIQUE DU TRANSPORT INTERNATIONAL DE MARCHANDISE : L’Etat et le Patronat organisent la riposte nationale.

PROBLEMATIQUE DU TRANSPORT INTERNATIONAL DE MARCHANDISE : L’Etat et le Patronat organisent la riposte nationale.

L’Etat du Sénégal, en partenariat avec le Conseil National du Patronat du Sénégal (CNP) et la Fondation Konrad Adenauer réfléchit à une riposte nationale sur la problématique des contrats de transport maritime et aérien.
En pleine expansion, le transport international de marchandises occupe une place de choix dans les échanges internationaux. Pour preuve, a indiqué le président de la Commission CNP douanes et facilitation des échanges, l’économie mondiale représente, de nos jours, 90% du transport international de marchandises représentant plus de 10 milliards de tonnes soit l’équivalent de près de 289 tonnes transportées via les mers chaque seconde (compteur). Matar Diallo s’exprimait hier à l’occasion d’un atelier de concertation publique/privé sur la « problématique des contrats de transports maritimes et aériens» organisé par le CNP. Le Sénégal, alerte-t-il, ne saurait échapper à la concurrence exacerbée et à la problématique du transport international de marchandises que nous vivons quotidiennement. D’où, dit-il, la nécessité d’apporter une réponse nationale en mettant en place de nouvelles politiques commerciales consistant à rentabiliser au maximum nos flottes de navires et aériennes. Ainsi le CNP a-t-il réaffirmé la nécessité d’avoir un bon partenariat public/privé pour répondre aux exigences du transport mondial de marchandises en termes de rapidité, de souplesse, de réactivité, de qualité et de sécurité. Le transport maritime et aérien sénégalais, malgré son retard dans la mondialisation avec sa part faible dans les échanges mondiaux doit se rattraper, a plaidé le CNP. En ce qui concerne les assurances, les experts ont fait remarquer qu’au niveau des pays en développement, les opérateurs économiques souscrivent leur assurance au niveau des pays de chargement, donc des pays développés. Ce qui constitue un manque à gagner important pour nos pays et, pour inverser la tendance, le législateur sénégalais, à l’instar de ses nombreux homologues africains, a adopté une réglementation invitant les opérateurs économiques à prendre leur assurance dans les compagnies de droit sénégalais.
Salamraky

À voir aussi

Ter : 3500 personnes affectées ont touché leurs chèques

Quelque 3500 personnes affectées par le projet (PAP) du Train express régional (TER), sur les …

17e Session des assises économiques du MEDS- A bâtons rompus avec le Vice-président du MEDS, Amadou Ly Bocoum

Le Patronat sénégalais veut aller de l’avant à l’occasion de la tenue de la 17e …