Accueil / Education / Problème d’état civil : un responsable propose le retour à l’ancien système

Problème d’état civil : un responsable propose le retour à l’ancien système

 Le président de l’union régionale des associations des parents d’élèves prône le retour à l’ancien système  face au problème récurrent de pièces d’état civil pour les élèves en classe d’examen. En visite à Fatick pour le suivi du déroulement des épreuves, Bouna Diouf,  a fait savoir qu’il l faudrait que l’enfant ait son extrait de naissance avant d’accéder à l’école. « C’est le meilleur système’ d’examen de la commune .Ceci permettra de responsabiliser les parents. Que le parent qui a la possibilité d’inscrire son fils, ait son extrait de naissance, que ce soit une obligation. Si on est sûr de ne pas lui trouver un extrait de naissance, autant ne pas le mettre à l’école » a expliqué Bouna Diouf.  Poursuivant dans cette dynamique  d’apporter son soutien en tant que parent d’élève, il poursuit « ni l’inspecteur, ni l’enseignant et encore moins l’inspecteur d’académie ne sont responsables. Seuls les parents sont responsables. Quand on a un enfant, le devoir d’un parent, c’est de lui trouver son extrait de naissance et de l’ inscrit à l’école », a-t-il martelé. Pour sa part, l’inspecteur d’académie, Mandiogou Sarr, a rappelé qu’à Fatick, au début plus 450 élèves concernés par le problème de pièces d’état civil notamment dans le Dioffior avaient été identifiés. « Mais les différentes campagnes qu’on a eu à mener ont permis de réduire considérablement le nombre d’élèves devant se présenter et qui ne le sont pas, a fait savoir  M. Sarr. Qui poursuit « ce qui est regrettable, c’est que ce sont des élèves qui ne sont pas pris en compte dans l’examen. Aucun élève qui n’a pas de bulletin de naissance ne peut pas participer à l’examen. On avait demandé d’inscrire les enfants sans exiger les bulletins de naissance. Pour assurer une scolarisation universelle des élèves. Maintenant, cela nous a rattrapé et les parents qui inscrivent les élèves au CI sans bulletin continuent à attendre jusqu’au CM2 » , a souligné M. Sarr. Il a expliqué que le dispositif maintenant c’est d’accepter les élèves mais de ne pas attendre le CM2 pour constater qu’ils n’ont pas de bulletin.

Rewmi .com/FBF

À voir aussi

Uasz : la section saes en sit-in pour dénoncer « des conditions de travail misérables »

La coordination régionale du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) de l’Université Assane Seck de …

COMMUNIQUE- Forum du 1er Emploi- 17ème Edition

COMMUNIQUE La Fondation Emploi Jeune – FEJ du Mouvement des Entreprises du Sénégal – MEDS …